Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 janvier 2016 7 03 /01 /janvier /2016 16:30
2016 : voyage en enfer ?

On ne regrettera pas l'année 2015 ! Certains la qualifiant même "d'année de merde" !!

Oui, la page est tournée sur cette année noire, avec ses attaques terroristes qui ont endeuillé la France, un chômage record, une pauvreté qui repart à la hausse...

Même les fêtes ont eu un goût amer avec cette image de militaires gardant la Cathédrale Notre-Dame de Paris lors de la messe de Noël et des patrouilles déambulant sur les Champs Elysées pendant les festivités du Nouvel An...

Que nous réserve 2016 ? Lors de ses voeux, chacun a probablement annoncé le meilleur à sa famille, ses amis, ses voisins (...) avec les mots de joie, santé, bonheur... Et probablement, il y aura un peu de tout cela au cours de la nouvelle année ; pour certains, le tiercé gagnant et pour d'autres, aucun des trois ! En somme, la vie, avec ses hauts et ses bas... 

Et pour notre pays ? Au-delà de nos destins individuels, celui de la France aura un impact plus ou moins fort...

Et là, c'est encore le mystère... 

Alors on peut imaginer que cette année soit plus sereine que la précédente avec l'absence d'attentat sur le sol français, une inversion de la courbe du chômage avec un retour de la croissance, un débat politique sain et une primaire à Droite couronnée de succés avec un vainqueur dont la victoire ne sera pas remise en cause.... 

C'est un rêve ?

Ou alors 2016 sera-t-il un voyage en enfer ?

Un voyage dans l'horreur fait d'actes de terrorisme, un état d'urgence qui perdure, une unité nationale en danger, un spectacle politique désolant sur la déchéance de nationalité, une primaire à Droite qui fera honte au parti organisateur, un chômage qui continue de galoper, des déficits qui se creusent toujours plus, une Europe qui se déchire sur le sort des réfugiés dont le nombre ne fait que s'accroître...

Ou alors, une année blanche où la perspective des élections de 2017 paralysera tout : un débat politique feutré, une économie atone, une bienveillance de Bruxelles sur les finances publiques par crainte de la montée du Front National en 2017. Bref, à part le terrorisme qui se fout des circonstances, un pays à l'arrêt, dans l'attente fébrile des élections... 

Mieux vaut ne pas savoir !  

Bonne année à tous...

Partager cet article

Repost 0
Published by magtuttifrutti - dans Société
commenter cet article
16 décembre 2015 3 16 /12 /décembre /2015 18:42
Régionales 2015 : le réveil ?

Avant de refermer cette page des régionales, lesquelles auront connu bien des rébondissements, on peut se poser la question des suites des votes exprimés dans les urnes. La forte mobilisation du second tour, plus de 58 %, des différentes forces du pays pose des questions auxquelles les partis semblent vouloir répondre. 

Y-aura-t-il une vraie prise de conscience du personnel politique ou le cynisme, une fois de plus, l'emportera-t-il ? 

On peut dire que la Droite et Gauche ont tiré les marrons du feu dans ce second tour, chacun remportant des victoires mais tous ayant eu le triomphe modeste ! Et pour cause !!! Sans le barrage républicain, le Front National aurait probablement remporté quelques régions... Du coup, aucune région ne sera tombée dans l'escarcelle du FN. Prenons garde aux frustrations de ces millions d'électeurs qui garderont l'impression que par les retraits de liste, on leur aura confisqué la victoire... 

Car n'oublions pas les quelque 6,8 millions d'électeurs qui ont porté leur vote sur des candidats du Front National. Quand on se souvient du rapport de force au second tour des élections présidentielles de 2002 avec 82,21 % des voix pour Jacques CHIRAC contre 17,79 % des voix pour Jean-Marie LE PEN. Oui, on peut dire que le plafond de verre a été pulvérisé !!!

A présent, on constate l'embarras des partis de gouvernement suite à cette élection qui a été pour beaucoup traumatisante ! Après, on peut s'étonner de l'attitude de certains hommes politiques à l'image de Xavier Bertrand qui aurait pris "cette campagne un peu comme un coup de poing en pleine figure..." Une prise de conscience tardive sur l'état de désespérance et de colère de la population ! Mieux vaut tard que jamais, dira-t-on...

Que cette prise de conscience soit générale, c'est certainement ce que réclament à cor et à cri les citoyens... Et surtout qu'ils trouvent des solutions à leurs problèmes, à commencer par le chômage..

Surtout, que les partis ne se perdent pas dans leurs luttes intestines avec la bataille des égo en vue des élections présidentielles. Cela commence chez Les Républicains qui risquent de se perdre entre ligne de droite dure et du centre. A l'image de Christian Estrosi avec son "plus on va à droite, plus on fait monter le FN" et Nathalie Kosciusko-Morizet et son "ni, ni" qui va lui valoir une mise au placard !

Le Parti socialiste n'est pas en reste avec la tentation de recommencer le tiercé gagnant de la Gauche plurielle... sauf que c'était en 1997. Du reste, Cécile Duflot qui sent arriver le naufrage de son parti fait un rapprochement avec le pouvoir actuel, après avoir claqué la porte du Gouvernement... Tactique politicienne ? Prise de conscience ? 

La route jusqu'à l'élection présidentielle de 2017 risque d'être chaotique pour les partis qui devront trouver des idées et une femme ou un homme pour les incarner. 

Les partis seront-ils à la hauteur des enjeux ?

 

Partager cet article

Repost 0
Published by magtuttifrutti - dans Politique
commenter cet article
8 décembre 2015 2 08 /12 /décembre /2015 13:03
Capture d'écran

Capture d'écran

Alors que le Front National est aux portes du pouvoir régional, ne pourrait-on pas se poser la question de la responsabilité des dirigeants de notre pays dans cette ascension qui semble de plus en plus inéluctable ?

N'aurait-t-il pas été longtemps le "jouet" des partis de gouvernement ?

Le parti de Jean-Marie Le Pen a connu ses premières victoires sous la Présidence de François Mitterrand dont on a prêté souvent l'arrière-pensée électorale de division de la Droite. Si tel a été le cas, on peut dire que c'était bien joué ! Et même au-delà peut-être de ses espérances ! Que de tiraillements à Droite pour trouver une ligne entre un Centre et une Droite dont on dit qu'une partie est de plus en plus extrême. Du reste, l'ancien Président Nicolas Sarkozy n'avait-il pas réussi à siphonner les voix du Front National lors des élections de 2007. Pour mieux les perdre 5 ans plus tard !

Les thèmes abordés par le Front National n'arrangeraient-ils pas de temps à autre les dirigeants ? Mieux, sa forte progression ne servirait-elle pas d'excuse ? Ainsi, on peut imaginer que dans les discussions budgétaires avec nos partenaires européens, nos gouvernants n'aient pas glissé cette montée d'un parti populiste qui pourrait bien s'il arrivait au pouvoir, envoyer balader l'Union européenne et son euro ! Dans la crise actuelle des migrants, on peut aussi penser que l'ombre du FN a plané dans les discussions sur la répartition des réfugiés, réduisant notre quote-part de façon notable. "Oh, nous ne pouvons pas imposer à notre population trop de réfugiés, cela risquerait de faire grimper le FN !!!"... 

Le Front National ne sert-il pas depuis trop longtemps à canaliser les peurs et les colères des citoyens ? Il n'y a qu'à entendre les motivations de certains électeurs frontistes lors du premier tour des régionales, dimanche dernier. Les témoignages recueillis par les journalistes sont édifiants : attentats de Paris du 13 novembre, les impôts qui ont augmenté, les migrants... On finit par se demander si le pouvoir en place préfère voir (certes en plus petite quantité) les citoyens mettre rageusement un bulletin FN dans les urnes qu'en découdre dans les rues ; là contre le chômage, là contre le terrorisme. Avec les risques de débordements et pourquoi pas des émeutes et autres guerres civiles. Oui le Front National agirait comme un exutoire, comme l'avaient été pendant un temps les syndicats, devenus inaudibles... Du coup, nous serions arrivés aux limites de l'exercice, à force de jouer avec le feu...   

Quant aux débordements racistes et xénophobes, ils ont été sanctionnés ou pas. Et il y eut fort longtemps des associations comme SOS RACISME qui réussissait à juguler le mal et à mettre de la bien-pensance. Et puis, patatras !!! A présent ces associations n'ont plus aucune écoute, quand elles ne sont pas vomies !

Reste l'antisémitisme qui a été le plus difficile à gérer et qui aurait bien pu signer l'arrêt de mort de ce parti. Et comme par magie, il y eut l'arrivée d'un ex-chevénementiste jeune et fringuant, Florian Philippot, lequel s'est évertué à faire le ménage dans les rangs des militants et de certains cadres. Du reste, la grande victime de ce nettoyage de printemps fut le père fondateur, Jean-Marie Le Pen, devenu persona non grata ! 

A présent, le FN qui aurait été le jouet de ces partis, s'il échappait à ceux qui voulaient sa présence, mais seulement à doses homéopathiques ? 

Oui, si tel était le cas, un FN propulsé sur le devant de la scène pour servir divers intérêts, on pourrait dire que nos hommes politiques porteraient une lourde responsabilité dans tout ce qui arrive aujourd'hui. D'un vote contestataire, on est passé à un vote d'adhésion ! Bravo !!! 

Car la suite n'est pas écrite... 

Ce parti qui fait encore peur à bon nombre de Français va-t-il rejoindre la grande famille des partis de gouvernement et se frotter aux réaltés du terrain ? Entre les grands discours et les mains dans le cambouis, il y a un fossé, pour ne pas dire un abyme ! Ce parti pourrait bien se banaliser, faire à son tour des mécontents... La roue tourne et on pourrait voir émerger un parti encore plus radical, à l'image de ces groupes identitaires qui foisonnent ?

Mais si le parti du Front National était réellement dangereux, comme semble le suggérer le pouvoir en place, alors tout laisse à craindre que nous entrions dans l'inconnu... 

Les électeurs du 2ème tour des élections régionales de dimanche prochain prendront-ils le risque ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Ambroisine - dans Politique
commenter cet article
7 décembre 2015 1 07 /12 /décembre /2015 16:29
Capture d'écran France 24

Capture d'écran France 24

Les résultats du Premier tour des élections régionales 2015 viennent de tomber et le grand gagnant est : le Front national avec près de 30 % des suffrages exprimés et la possibilité d'être à la tête de plusieurs régions.

 

Devons-nous être surpris de ces résultats ? Evidemment que non !!! 

Les sondages n'ont fait que se succéder donnant le FN en première position dans bon nombre de régions. Alors, le choc évoqué par beaucoup est soit d'une crédulité pathétique, soit d'une hypocrisie sans nom... 

Après il faut raison garder. Rien n'est encore plié ou gagné pour les uns et pour les autres et le dernier mot reviendra comme toujours aux électeurs. 

Mais en attendant quel spectacle désolant !!! 

Désolant pour les électeurs de gauche qui vont non seulement se trouver privés de représentants dans au moins deux régions, PACA, NORD-PAS DE CALAIS-PICARDIE, et voter pour des candidats Républicains qu'ils n'apprécient pas, voire vomissent ! 

Et ce malheureux candidat PS,Jean-Pierre MASSERET, de la région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, à qui l'on veut de gré ou de force lui faire déclarer forfait, un homme de 71 ans et militant convaincu... 

Désolant de voir cette opposition avec son "ni retrait, ni fusion", sachant qu'elle est en bonne posture pour emporter la victoire, comptant sans état d'âme sur le désistement de son adversaire de gauche. Et surtout, attribuant sans complexe la montée du FN sur le seul compte de la présente majorité ! Certes, celle-ci a une grande part de responsabilité mais c'est une défaillance plus générale des partis de gouvernement que nous nous retrouvons avec un FN aux portes du pouvoir. 

Désolant ce barrage républicain tel qu'il est nommé par les dirigeants comme si le parti de Marine Le Pen "ne respectait pas le pacte républicain". Mais alors, si tel est vraiment le cas, nos gouvernants seraient-ils coupables de laisser un parti dangereux prospérer ? Parce que l'on ne peut pas seriner qu'il ne faut pas voter pour un tel parti et ne pas prendre les mesures pour l'interdire ? Un peu comme si on laissait des électeurs jouer avec un baril de poudre en lui disant "on ne vous le retire pas, mais surtout ne vous en servez pas" !!! 

Et c'est peut-être là les limites de ce front républicain qui avait si bien fonctionné en 2002. C'est un peu comme avoir crié au loup et qu'il ne se soit rien passé. Et le Front national n'a fait que grimper, a pris des villes et il ne s'est rien passé... Il a fini par s'implanter dans le paysage politique lentement mais sûrement... 

Et puis, toujours la même désolation dans les résultats économiques, et puis des migrants qui se jettent sur les routes européennes et en apothéose, les attaques terroristes du 13 novembre à Paris... 

OUi, ce choc qui n'en est pas un, est plutôt une désolation des partis politiques qui n'ont pas appris de leurs erreurs. Peut-être sont-ils résignés à céder la place ? 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ambroisine - dans Politique
commenter cet article
1 décembre 2015 2 01 /12 /décembre /2015 10:59
Attentats de Paris  : "C'est une HORREUR"

"C'est une horreur (..) " Ce furent les mots du Président de la Républiqe dans la nuit du 13 novembre alors que les terroristes islamistes venaient de frapper le coeur de Paris et une partie de sa jeunesse. Le bilan est lourd ; 130 morts et plus de 350 blessés. 

Oui, ce fut l'horreur qu'ont vécue les malheureuses victimes lors de ces attaques ; un carnage organisé de manière sauvage, sans état d'âme et sans pitié. Le but était de tuer là où ils l'avaient décidé, en faisant le plus de dégâts possibles sur le plan humain. 

Oui, ce fut et c'est toujours l'horreur pour les blessés encore hospitalisés, leurs familles, leurs amis... 

Oui, ce fut aussi l'horreur pour les spectateurs impuissants que nous avons été, à Paris ou en Province face à cette monstruosité, ce que l'homme peut faire de pire, comme si l'humanité n'avait pas évolué, n'avait pas connu la civilisation. Se conduire comme des bêtes fauves, telle a été l'attitude de ces "pourris".

Et surtout ne pas trouver d'excuse à ces misérables individus, jamais !!! Rien ne doit excuser cette violence gratuite ; pas plus la pauvreté, le problème d'intégration, le mal de vivre. Ce serait trop simple, surtout que beaucoup de ces djihadistes font partie de la classe moyenne, pour certains ont fait des études, ont été élevés dans des familles aimantes. Il n'y a qu'à entendre le temoignage des parents qui ont vu leur enfants partir faire le Djihad en Syrie. Que ces êtres aient été manipulés, personne n'en doute, mais tant d'autres jeunes connaissent des difficultés et se battent pour s'en sortir. Ne les oublions pas... 

Oui c'est toujours l'horreur car nous savons déjà que de telles atrocités se reproduiront ici ou ailleurs et ce, tant que les djihadistes n'auront pas été mis hors d'état de nuire !!! 

Nous avons des dirigeants qui ont pris la mesure du danger, enfin !!! et dont nous pouvons espérer que les résultats seront au rendez-vous. Alors, oui, les réactions ont peut-être été tardives si l'on se souvient de janvier dernier, mais saluons quand même le courage du Président de la République et de son gouvernement dans cette période si dramatique, 

L'horreur pourrait aussi s'inviter au coeur de notre société, mettant en charpie le vivre ensemble. Déjà, les actes islamophobes et racistes ont explosé depuis les attaques terroristes. Le venin de la discrimination pourrait bien se propager de manière encore plus insidieuse ; combien vont encore pâtir dans la recherche d'un travail, d'un logement ? Déjà que la situation n'était pas brillante, inutile de faire un dessin sur ce qui pourrait arriver ! Ce sont toujours les innocents qui trinquent, ceux qui vivent leur foi dans la discrétion, ceux qui luttent pour se construire un avenir sans faire parler d'eux...

Et tous ces réfugiés qui se pressent en Europe, fuyant pour une grande part les exactions de Daech, risquent fort bien de voir leurs espoirs déçus, tant par des gouvernements qui n'oseront pas prendre le risque d'un terroriste infiltré, tant par les citoyens qui vont montrer de plus en plus d'hostilité...

N'oublions pas non plus l'état d'urgence qui risque de se prolonger et qu'on le veuille ou non, aura un impact sur nos vies, une restriction de nos libertés. Et du reste avec notre bénédiction, moins de libertés pour plus de sécurité ?

Et si cela ne suffisait pas ? Si malgré toutes les précautions, les terroristes continuaient de frapper encore et encore et pourquoi pas, toujours plus fort ? 

Si les attaques du 13 novembres n'étaient que le prélude à des attaques plus nombreuses et plus meurtrières ? 

Oui, c'était l'horreur hier, et si l'horreur était aussi pour demain ? 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ambroisine - dans Société
commenter cet article
5 novembre 2015 4 05 /11 /novembre /2015 17:13
Front National : le pouvoir servi sur un plateau ?

A entendre certains hommes politiques, à constater leur fébrilité concernant le Front National, le parti fondé par Jean-Marie LE PEN ne va-t-il pas gagner les prochaines élections ? C'est ainsi que le député Malek Boutih s'exprimait sur le plateau de BFM le 25 octobre dernier : "Je ne vois pas comment Marine Le pen peut ne pas gagner l'élection présidentielle (...)". Certains commentateurs politiques en rajoutent une couche en exprimant les craintes en privé de bon nombre de politiques. Et le Premier Ministre en personne qui lançe : "Il est hors de question de laisser le Front national gagner une région..."

Bref, l'Histoire n'est pas encore écrite et ce, malgré les sondages qui donnent le FN en tête des régionales de 2015 et même de l'élection présidentielle de 2017 plaçant Marine Le Pen en tête du premier tour !

Que feront les Français dans l'isoloir le moment venu ? Seront-ils prêts à tenter l'aventure frontiste ou pris de doutes, préfèreront-ils redonner leur chance aux partis qui les ont tant déçus ? Et surtout, ne seront-ils pas si dégoûtés par la politique qu'ils viendront grossir encore davantage les rangs des abstentionnistes ? 

Tous les scénarios sont possibles, mais une question se pose quand même : les partis dits républicains ne feraient-ils pas tout pour servir sur un plateau doré le pouvoir au Front National ? Bien entendu, loin d'ici l'idée qu'ils le fassent exprès mais tout aussi pire, sans s'en rendre compte réellement, ils font le jeu du Parti de Marine Le Pen.

Déjà, les résultats économiques calamiteux devront être mis au passif des divers gouvernements, de droite comme de gauche, avec un chômage de masse insupportable, une dette publique colossale, des gaspillages sans cesse dénoncés et jamais corrigés. Et les mêmes qui échouent pourraient revenir sans état d'âme briguer un autre mandat ! 

D'autres sujets tout aussi brûlants comme l'insécurité, l'immigration avec le flux ininterrompu de réfugiés qui déferlent sur l'Europe, le terrorisme islamiste, sont autant de bombes à retardement qui pourraient faire basculer les Français dans la peur et la psychose. Et comme chacun le sait, la colère à laquelle on pourrait ajouter l'angoisse sont de bien mauvaises conseillères... 

Et jusqu'à la communication des politiques qui est de plus en plus désastreuse ! A l'image de l'intervention des 2 chefs de parti, Jean-Christophe CAMBADELIS et Nicolas SARKOZY concernant la présence de Marine Le Pen à l'émission Des Paroles et des Actes sur France 2. Evidemment, cela renforce l'image d'un UMPS, main dans la main, qui est plus là pour empêcher de s'exprimer un leader politique, plutôt que de s'allier pour trouver des solutions aux problèmes des Français !!! Voilà ce qu'il restera de cette misérable affaire... 

Et puis tous ces couacs concernant la fiscalité (impôt locaux pour les retraités aux revenus modestes, réforme des dotations aux collectivités locales, allocation adulte handicapé), des réformes sur lesquelles on revient car on se rend compte qu'elles vont faire trop de dégâts au niveau électoral. Le Président qui veut jouer la proximité avec "une Lucette" qui raconte par derrière que tout a été mis en scène. Décidément, ils voudraient énerver les Français qu'ils ne s'y prendraient pas mieux !!! 

OUi, le Front National n'a jamais été aussi proche du pouvoir !!! Même si les circonstances extérieures (crise économique, vague migratoire, poussée de l'islamisme radical) l'aident à grimper dans les sondages et dans le coeur des Français, ceux qui nous gouvernent et ceux qui ont gouverné auront une grande part de responsabilité dans son succès par leur incompétence, leur inertie et leur incapacité à renouveler les têtes !!!

Partager cet article

Repost 0
Published by Ambroisine - dans Politique
commenter cet article
7 octobre 2015 3 07 /10 /octobre /2015 12:57
Economie française : de violences en violences ?

Le DRH de la compagnie AIR FRANCE qui finit torse nu et plusieurs autres employés blessés dont un vigile gravement touché après l'annonce d'un plan de restructuration de l'entreprise, l'image a fait le tour du monde, échaudant au passage les investisseurs étrangers de mettre un pied ou plutôt des capitaux en France !!! 

Et ce n'est pas la première fois que l'on assiste à des échauffourées entre salariés et employeurs sur fond de réduction de personnel. ll y eu le saccage de la sous-préfecture de Compiègne par les salariés de CONTINENTAL, on a connu des séquestrations (CATERPILLAR...), des menaces d'explosion d'une usine (SODIMATEX de Crépy-en-Valois, METALTEMPLE de FUMEL dans le Lot et Garonne....)

Mais cette violence touche également d'autres secteurs de l'économie : la guerre des taxis et des VTC où l'on a vu des chauffeurs de VTC être molestés, leur véhicule saccagé...

Oui la France connait une mutation économique et les conséquences sont terribles pour ceux qui doivent s'adapter. Les entreprises doivent se moderniser pour être compétitives et cela passe souvent, pour ne pas dire toujours, par des suppressions de postes. A l'image d'AIR FRANCE où la concurrence des low cost est rude et donc pas moyen d'échapper à la remise en cause des acquis.

Et ce n'est pas fini !

On voit bien que la mondialisation accélère la nécessité d'adaptation, la course à la rentabilité, et au "moins-disant"... 

Mais ne sommes-nous pas tous responsables de cette mutation ? 

Par notre envie ou par la nécessité de dépenser moins, nous contribuons au bouleversement de l'économie. Sinon, comment expliquer le succès des lignes aériennes low cost ? Et bientôt, les lignes de bus qui viendront impacter directement le trafic ferroviaire (bien que la SNCF semble vouloir prendre le "train" en marche par l'ouverture de lignes d'autocars). Ne parlons pas des sites de vente en ligne en pleine explosion (ZALANDO, SERANZA....) et les drive et autres livraisons à domicile de la grande distribution qui provoqueront la fermeture de grandes surfaces. Avec les banques en ligne, des agences bancaires vont devoir fermer (la Société générale prévoit de supprimer 20 % de ses agences). 

Et ne parlons pas de l'économie du partage qui prend une place de plus en plus grande dans le marché : les achats directs aux producteurs (La ruche qui dit oui... ), les partages culinaires ( http://www.voulezvousdiner.com...), les locations de machines à laver entre voisins, de bricolage, de jardinage...

Si certains sont encore de l'ordre du confidentiel, il en est d'autres qui sont devenus des incontournables : le site de covoiturage Blablacar pour n'en citer qu'un ! 

Alors, oui, l'économie se transforme créant de nouveaux emplois mais supprimant des postes en quantité effarante. Et tant de personnes qui se retrouvent jetés hors de leur entreprise avec peu d'espoir de retrouver un emploi...

Après, il y a les enfants gâtés du système (comme semble l'être le personnel navigant d'AIR FRANCE) qui ne veulent pas perdre leurs avantages. On peut dire que c'est humain, chacun regardant ses intérêts et se moquant bien souvent de l'intérêt général. Où cette attitude devient coupable, c'est de menacer la survie de l'entreprise par des égoïsmes individuels... 

La violence est inexcusable et les images de ces cadres d'Air France maltraités sont choquantes. 

Mais tant que rien ne sera fait pour aider réellement ceux qui perdent leur emploi et leur dignité avec, nous risquons de voir se multiplier ces violences que même les condamnations les plus fermes ne pourront arrêter... 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ambroisine - dans Economie
commenter cet article
5 octobre 2015 1 05 /10 /octobre /2015 14:35
capture d'écran

capture d'écran

Le 26 septembre dernier, sur le plateau de l'émission "On n'est pas couché" présenté par Laurent Ruquier, l'eurodéputée Nadine MORANO s'est exprimée en ces termes : "La France est un pays aux racines judéo-chrétiennes... La France est un pays de race blanche dans lequel on accueille aussi des personnes étrangères..."

Au-delà de la polémique déclenchée par ces paroles, de l'aberration scientifique que certains ont relevée, pendant que d'autres doutaient de la référence même au Général de Gaulle, ne sommes-nous pas au coeur de la crise identitaire française ?

Oui, ces propos ont dû faire écho à bon nombre des Français que l'on qualifie "Français de souche". Ceux-ci ont dû se réjouir d'entendre sur un plateau de TV ce qu'ils pensent et qu'ils hésitent encore à crier haut et fort ! Ils en ont rêvé et Nadine Morano l'a fait !

Evidemment, ces propos ont dû résonner douloureusement dans la tête de bon nombre de ces Français de Métropole et d'Outre-mer qui n'ont pas la peau blanche ! A l'image de cette députée réunionnaise dont on a pu sentir l'émotion et les larmes contenues déclarant "députée noire de la République, cette France décrite par Madame MORANO n'est pas la mienne"...

Cette triste histoire révèle l'état de notre société ; une société déboussolée qui ne sait plus qui elle est ou refuse de voir ce qu'elle est devenue.

Sur le plateau de l'émission C dans l'Air du 1er octobre, le journaliste Claude Weil reprochait au personnel politique de ne pas avoir fait un travail de pédagogie sur la transformation de la France.

On peut déplorer cette absence de pédagogie car au bout du compte, il y a comme une impression chez ces "Français de souche" à la peau blanche de s'être réveillés avec la gueule de bois ; une France multiculturelle était née... Et pour toute explication, ils n'ont eu que le fameux slogan : l'immigration est une chance pour la France !

Et les problèmes engendrés par le mélange de cultures et de religions n'ont pas été réglés, ont été balayés d'un revers de la main par crainte d'un développement du racisme, ce qui n'a pas manqué de se produire. Car finalement, en ne posant pas les problèmes, refusant d'entendre les craintes et les exaspérations, on a fini par radicaliser les uns et les autres.

Evidemment, il n'en faudrait pas beaucoup pour que cette société ne se fragmente un peu plus, car au-delà des politiques, ce sont les citoyens qui doivent accepter de vivre ensemble... ou pas. Et le risque est toujours plus grand de voir les communautés se dresser les unes contre les autres sous fond de chômage de masse et de crise migratoire sans précédent... 

Pour que ce type de déclaration ne se reproduise plus, non pas parce qu'il y aura eu l'intervention d'une police de la bien-pensance, bien-pensance rejetée, mais parce que naturellement, elle sera désuète, totalement dépassée, il faudra du temps, de la patience et des efforts de tous...

La France mérite bien cela...

Partager cet article

Repost 0
Published by Ambroisine - dans Politique
commenter cet article
23 septembre 2015 3 23 /09 /septembre /2015 07:25
Capture d'écran

Capture d'écran

Comment qualifier la conduite de l'Union européenne et des gouvernants des pays membres face à cet afflux sans précédent de migrants, pour la plupart des réfugiés ? 

On ne peut vraiment pas dire que la compétence et la responsabilité aient été au rendez-vous jusqu'à présent ! 

Il y a comme une impression de grande confusion, pour ne pas dire d'un chaos  dans tout ce que nous vivons aujourd'hui. Et je ne raconte même pas ce que doivent ressentir les réfugiés, un coup les bienvenus et un autre coup, les indésirables de l'Europe ! 

Et cet effarant retournement de situation de nos amis allemands avec la Chancelière, Angela MERKEL, jouant les bonnes fées un jour pour se rendre compte le lendemain qu'elle avait parlé trop vite. 

Des contrôles aux frontières se mettent en place, des murs de barbelés se lèvent, des affrontements entre migrants et forces de l'ordre ont lieu ici ou là.

Et pourtant, le flux de population ne tarit pas. On pourrait même dire qu'il grossit de semaine en semaine... Les sauvetages en mer se multipient, ce qui n'empêche pas les noyades de centaines de personnes... Voilà de pauvres gens aux destins déjà brisés par des guerres qui viennent mourir sur ce qu'ils croient être la terre promise européenne... 

Pourquoi l'Union européeenne se retrouve-t-elle dans cette situation hors de contrôle? Situation, notons-le, qui risque bien d'empirer au fil des mois pour devenir intenable, voire explosive. 

Il n'y a eu de la part de l'Europe aucune anticipation de cette crise migratoire dont pourtant les spécialistes et les politiques avaient vu venir. Aucun sens des responsabilités face au conflit syrien dont on ne pouvait ignorer qu'il allait tôt ou tard nous impacter !

Mais non, on a préfèré laisser les pays de premier accueil faire face à cette crise en priant pour que la situation n'empire pas, que les malheureux restent bien loin de chez nous. Pourtant l'Italie et la Grèce ont maintes fois imploré de l'aide, mais on a préféré regarder ailleurs, ne pas prendre le sujet à bras le corps. C'était leur problème, pas le nôtre... 

A présent, on parle de quotas pour répartir les réfugiés dans les pays européens. En France, il est question d'accueillir 24 000 réfugiés en deux ans ! Mais de qui se moque-t-on ? Pas besoin d'être devin pour se rendre compte que ce chiffre sera multiplié par deux, trois, quatre, et peut-être au-dela....  Du reste, les chiffres fournis sont incompréhensibles ; l'Allemagne compte accueillir 1 million de réfugiés, il y aurait plus de 400 000 personnes qui auraient traversé la Méditerranée depuis le début de l'année 2015... Tous ces chiffres sont anxiogènes, et pensez bien qu'il n'en faudra pas plus aux partis dits "populistes" pour faire le plein de voix aux prochaines élections !!! 

Se rend-on vraiment compte du défi qui est posé à l'Europe avec cette arrivée massive de personnes ? Parce que l'on peut parler des droits de l'homme, du droit sacré de l'asile que nul ne saurait contester, mais il n'en demeure pas moins vrai que les mots ne suffiront pas. Où sont les structures pour héberger, soigner, éduquer, former et donner un travail à toutes ces personnes qui arrivent ? On ne parle en France que de dettes, de réduction des déficits, de crise du logement, de chômage de masse !!!

Ne nous y trompons pas : ce qui a pu être possible par le passé, recevoir des dizaines de milliers, voire des centaines de milliers de personnes dans un pays prospère, n'est plus vrai aujourd'hui. Il n'est pas question de dire que les nouveaux arrivants vont prendre aux anciens mais tout simplement que la France et bien d'autres pays seront incapables de prendre en charge de manière convenable des centaines de milliers de personnes. On pourrait presque penser que les migrants sont victimes de notre modernité ; des amortisseurs sociaux qui coûtent cher à la santé pour tous, en passant par un système éducatif très onéreux ! 

Alors les idées affluent en même temps que le nombre des migrants ! Aider les camps de réfugiés aux portes de la Syrie (on se demande pourquoi cela n'a pas été fait plus tôt ? !!!), régler la crise syrienne avec le grand retour dans le jeu du Président syrien, Bachar al Assad, celui dont on ne voulait plus entendre parler. Et n'oublions pas la Russie qui semble un interlocuteur incontournable... 

La réunion extraordinaire informelle des chefs d’Etat et de Gouvernement organisée aujourd'hui pour discuter de la gestion de l’actuelle crise des réfugiés sera-t-elle à la hauteur ?

Il en va de la cohésion européenne, de l'avenir de tous ces réfugiés avec lesquels il ne faut pas jouer au jeu pervers du chat et de la souris, et des peuples européens qui sont fragilisés et dont il ne faudrait pas agiter les peurs pour voir se produire le pire...

Partager cet article

Repost 0
Published by Ambroisine - dans Monde
commenter cet article
19 juin 2015 5 19 /06 /juin /2015 14:59
capture d'écran FRANCE TV

capture d'écran FRANCE TV

Nouvelle crise grecque : allons-nous assister dans ce énième bras de fer entre la Grèce et l'Eurogroupe à une tragédie, un Etat viré de la zone euro avec pertes et fracas et promis à des années de misère ? 

Ou allons-nous être les témoins, une fois de plus, d'une comédie, avec tension palpable et larmes de crocodile pour finalement accorder in extremis, la dose d'oxgène dont le pays a besoin ?

Des deux tableaux, le deuxième semble le plus probable. Parce que l'Union européenne ne peut pas se payer le luxe de lâcher un de ses partenaires, qui plus est, se trouve dans la tourmente. Non pas qu'elle n'ait pas envie de donner un coup de balai aux Grecs indisciplinés, mais avant tout, elle ne peut pas perdre sa crédibilité. L'instabilité qui en découlerait serait nocive pour l'UE et les marchés financiers de faire un nouveau coup de Trafalgar ! 

Et puis, qui sera ensuite traité à la sauce grecque ? Car les candidats ne manquent pas ; entre ceux qui laissent filer leur déficit depuis de nombreuses années sans complexe et ceux qui voudraient prendre la porte, il y a le choix. 

L'Union européenne ne peut pas non plus accorder de but en blanc une aide sans contrepartie, aussi mince soit-elle, histoire de ne pas donner envie à d'autres pays de réclamer toujours plus de mansuétude, un laisser-aller qui pourrait bien conduire à une déroute et au coup de grâce de l'Euro. 

On aurait envie de dire que dans cette affaire, l'Union européenne porte une lourde responsabilité ! Non pas que les Grecs soient des malheureuses victimes de l'ogre européen. Pour entrer dans la zone euro, ils ont quand même tripatouillé leurs comptes avec l'aide de la banque Goldman Sachs et depuis, ils ont dépensé sans compter !

Mais qu'a fait l'UNION EUROPEENNE ? Ne s'est-elle rendue compte de rien ? Incompétence ou complicité ? Aucun contrôle, aucun avertissement à l'Etat grec jouant la cigale ! Rien de rien, jusqu'en 2010 et la défiance des créanciers de la Grèce sur la capacité du pays à rembourser sa dette publique !

Et comme toujours et partout, ce sont les mêmes qui ont trinqué et qui trinquent ; les personnes les plus modestes, les retraités, les jeunes, les chômeurs... D'où la victoire de la gauche radicale, Syriza et de son leader, Alexis Tsipras...

Parce que les nantis de la Grèce ont déjà pris les devants ; c'est la débandade pure et simple ! Les capitaux quittent le pays à grand flux : 12,25 milliards d'euros en janvier, 7,57 milliards d'€ en février, 1,91 milliards d'€ en mars... Et comme le dit une célèbre publicité : "Et ce n'est pas fini !"

Dans ce jeu de dupes, les Grecs, histoire de mettre un peu plus la pression sur l'UE, font les yeux doux aux Russes ! Là, c'est un affront pour la fière Europe qui va vite trouver un accord, peut-être encore plus favorable que prévu ! Chacun ne perdant pas la face bien entendu !  

Et tout cela sur le dos des contribuables européens qui devront payer l'addition, à moins de faire la même salade grecque !

Oui les mots sont durs mais la réalité l'est tout autant ! 

Partager cet article

Repost 0
Published by magtuttifrutti - dans Monde
commenter cet article