Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 janvier 2014 4 09 /01 /janvier /2014 13:56

fraternité blog

Les discriminations ont existé par le passé, et continuent de nos jours. Racisme, antisémitisme, xénophobie, sexisme, homophobie, handicapés... La liste est longue comme le bras des différences faites au sein d’une société et des souffrances qu’elles créent pour ceux qui les subissent !

Oui, de manière générale, la Différence n’est pas acceptée facilement dans une société et nous savons tous combien l’être humain peut être généreux, mais peut se montrer aussi d’une méchanceté sans nom...

Si l’on devait condamner tous les propos, tous les comportements qui relèvent de la discrimination, les Tribunaux pourraient travailler jour et nuit et encore, ils ne pourraient pas boucler tous les dossiers ! Impossible à évaluer, mais on peut penser que si les victimes apportaient leur témoignage, le déferlement serait à l’image d’un torrent se jetant dans un gouffre sans fond !

Les témoignages qui parviennent à nos oreilles sont ceux qui ont pu être relayés par la presse. En ce moment, on ne parle que des propos « antisémites » prononcés par Dieudonné à l’encontre du journaliste Patrick Cohen (propos non encore condamnés par la Justice), il y a eu ceux prononcés à l’encontre de la Ministre de la Justice, Christiane Taubira...

Mais tous les anonymes ? Ceux qui supportent en silence, les « sales nègres », les « tapettes», les « gros lards », les « nabots ».... Oui, on ne voit que la partie visible de l’iceberg !

En ce sens, deux témoignages ont été relayés par des reportages qui n’avaient pas du tout trait à la discrimination. Le premier diffusé par France 3 « Emmenez-moi... »  sur la comédienne Mimie Mathy qui racontait combien elle avait été victime de propos injurieux sur sa petite taille ! L’émission consacrée à Charles Aznavour sur France 2 le mardi 7 janvier exposait combien l’artiste avait été l’objet de sarcasmes au début de sa carrière ! Traité de nabot, d’infirme...

Et le témoignage récent de Mélissa Theuriau dans « Paris Match » à propos de son mariage avec l’humoriste et comédien Jamel Debbouze «Quasi chaque semaine, on m'écrit que je fais honte à la France d'avoir épousé un handicapé arabe qui ne sait pas aligner deux mots de français et qui, de toute façon, va crever bientôt»...

Évidemment, ces différents témoignages nous interpellent. Pourquoi tant de haine ? Pourquoi cette envie de faire mal à des personnes qui sont différentes ? L’homme ou la femme de couleur que l’on injurie ou à qui on refuse de louer un appartement, l’handicapé que l’on ne veut pas recruter dans une entreprise, la personne obèse que l’on raille...

Et quand les auteurs de ces paroles ou de ces comportements sont face à la justice, là, parfois, on assiste à l’incroyable. Parce que si certains revendiquent clairement leurs actes, il en est d’autres, beaucoup d’autres, qui ne se sont pas rendus compte des conséquences ou du mal qu’ils faisaient.

Oui, il y a beaucoup de raisons à des comportements de discriminations. Ne voir que de purs racistes, des xénophobes ou encore des homophobes, c’est se tromper aussi !

Parmi les auteurs, il peut y avoir d’authentiques idiots, des inconscients ou des maladroits, tels des jeunes qui veulent se rendre intéressants devant leurs camarades... Ceux-ci, pas plus que les autres, n’ont le droit d’agir comme ils le font ! Le danger serait plutôt de penser que toute la collectivité est raciste, antisémite... alors que la bêtise est aussi à l’origine de ces paroles ou de ces actes inadmissibles !

Également, se méfier de ce qui donne l’apparence d’être du racisme ou de la xénophobie et qui n’est en réalité qu’une volonté de dénonciation. Cela est parfois le cas des atteintes à la laïcité ou d’autres atteintes au vivre ensemble dont on taxe un peu trop facilement ceux-là même de xénophobes, de racistes... Pour le coup, c’est une erreur d’appréciation qui peut conduire à encore plus de haine et de rejet de l’autre...

Alors, oui, il faut faire de la pédagogie, encore et toujours ! Les parents doivent être les premiers à éduquer leurs enfants, l’école bien évidemment et puis nous tous, la collectivité, quand nous sommes les témoins de propos ou d’actes condamnables !  A l’inverse, dans une société ouverte, on doit pouvoir parler de tout sans prendre le risque d’être traité de raciste ou de fasciste... Oui, on sait bien qu’il y a des sujets qui fâchent et qui sont redoutés des uns et qui font monter la haine des autres. Mais les éviter ou les empêcher ne peut que nourrir les rancœurs, le vrai terreau des extrémistes !

 

Et puis, la justice doit sanctionner ce qui doit l’être... 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ambroisine - dans Société
commenter cet article

commentaires