Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 janvier 2014 5 17 /01 /janvier /2014 12:27

Le Président de la République, lors de sa conférence du 14 janvier dernier, a annoncé plusieurs chantiers de réformes en matière économique, administrative et de protection sociale.

Oui, si toutes ces réformes sont menées à leur terme, elles devraient changer en profondeur les structures de l’Etat et de notre modèle social. Une modernité des services publics devrait apporter de la simplification et de l’efficacité et surtout, économiser l’argent public. Redonner de la compétitivité à nos entreprises tout en protégeant notre système social, l’objectif est ambitieux. Nous pourrions nous prendre à rêver d’une France dynamique qui ne joue plus petits bras dans la compétition mondiale !

Mais une fois ces projets sur la table, le plus dur reste à faire ! Il y a d’abord les paroles et ensuite, les actes. Seront-ils à la hauteur du discours courageux et déterminé ? N’y aura-t-il pas des reculades, des renoncements, des enterrements de première classe ? De réformes qui se voulaient importantes, n’avons-nous pas connu à la place de pauvres réformettes ? Oui parce qu’il faudra plus que du courage pour mener à bien ce que l’on peut déjà qualifier de révolution, c’est de l’ordre du suicide politique avec des risques de défaite électorale à la clé !

Mais au-delà de la volonté de réforme qui devra être sans faille, tous ceux qui seront concernés directement par ces chamboulements, vont-ils jouer le jeu ? Les élus, les syndicats, les entrepreneurs ou leurs représentants seront-ils eux aussi au grand rendez-vous qui les attend ? N’y aura-t-il pas des blocages, des résistances corporatistes et autres rejets pour torpiller les réformes annoncées ?

Si les élus sont prêts à des changements comme l’indiquait la Ministre de la Réforme de l'Etat, de la Décentralisation et de la Fonction publique, Mme Marylise Lebranchu, lors d’un entretien avec Jean-Jacques Bourdin, qu’en sera-t-il le moment venu ? Elle précise déjà qu’il ne faudra pas y aller à la hache pour ce qui est de la réduction du nombre des régions, on parle aussi d’un bonus/malus pour ceux qui procéderont à des fusions.

Avec ces réductions et ces regroupements, les élus vont devoir concéder à des efforts en matière de postes, de budgets. On verra vite s’ils agissent dans l’intérêt général ou dans celui de leurs petits intérêts. A eux de montrer qu’ils sont responsables au-delà de tout clivage politique.  

Pour ce qui est du pacte de responsabilité et autres allègements des contraintes administratives, les entreprises seront-elles au rendez-vous de l’emploi et de l’investissement ? On ne parle pas de celles qui sont dans les difficultés et qui devront d’abord se refaire une santé. Non, de celles dont le pacte va apporter plus de commandes et qui auront vraiment le choix entre redistribuer des dividendes, investir, ou embaucher ? Là, mystère total ! Du reste, la confiance règne tellement qu’un observatoire des contreparties va être mis en place ! La baisse de la TVA sur la restauration qui devait créer des emplois n’a pas été à ce niveau un franc succès.

Quant aux syndicats qui ne sont pas suffisamment représentatifs, seront-ils aussi à la hauteur des négociations qui s’annoncent ? Ils sont parfois pointés du doigt pour leurs attitudes trop radicales. Néanmoins, ils savent aussi faire des compromis et ils signent bon nombre d’accords. On verra ce qu’il ressortira des négociations sur l’indemnisation des chômeurs, sachant que la caisse UNEDIC affiche un déficit de plus de 4 milliards pour l’année 2013…

Oui, un grand défi attend notre Pays dans les mois à venir. On n’échappera pas aux réformes qui s’annoncent, espérons que chacun des partenaires fera preuve de responsabilité, oubliera ses intérêts particuliers au profit de l’intérêt général…  

Partager cet article

Repost 0
Published by Ambroisine - dans Economie
commenter cet article

commentaires