Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 octobre 2013 7 13 /10 /octobre /2013 15:00

solidarité - blog

La solidarité, si précieuse à notre vie en société, n’a jamais été aussi remise en cause qu'aujourd’hui et pourtant, les preuves de celle-ci ne font que se multiplier...

Oui, la solidarité a déserté le langage des politiques ou presque. On parle plus de justice sociale que de solidarité. Et pour cause ! Le terme a tendance à hérisser l’opinion par temps de crise économique et de hausse démoniaque des impôts et autres prélèvements. Beaucoup s’insurgent contre les aides diverses et variées : RSA, indemnités de chômage, allocations logement, allocations familiales, CMU, AME... Tout ce qui de près ou de loin ressemble à ce que d’aucuns appellent l’assistanat, évidemment moins flatteur que le mot solidarité.

Et la fronde ne fait que grossir et on voit ici ou là, des idées pour sortir de notre système social ; à l’image de ceux qui pensent pouvoir échapper aux cotisations sociales en s’appuyant sur des Directives européennes de 1992. Ne parlons pas des délocalisations des entreprises et de ceux qui partent vers les cieux belges, suisses ou luxembourgeois. Là aussi, on entend la même ritournelle : « il y en a marre de payer pour tout le monde... ».

Mais le mouvement est plus large, il touche l’Union européenne dont l’absence de solidarité est pointée du doigt à maintes reprises ainsi que le Monde. Les pays dits « riches » ont baissé le montant de leurs aides aux pays « pauvres » (selon l’OCDE, baisse de plus de 4% en 2012). Il y a encore quelques mois, les associations humanitaires alertaient sur la baisse des dons pour lutter contre la faim dans le monde.   

Et pourtant...

Cette solidarité est pourtant là, bien réelle et pas seulement une solidarité « obligée ». Dans son dernier livre « Plaidoyer pour l’altruisme » paru le 19 septembre, Matthieu Ricard, moine bouddhiste, rejette l’idée que nous serions des égoïstes. Pour preuve, il indique que le nombre des bénévoles ne fait qu’augmenter. Une étude menée par l’association France Bénévolat avec le concours l’IFOP en mai 2013 a relevé une hausse de 14% en 3 ans. http://www.recherches-solidarites.org/media/uploads/lafrancebenevole2013.pdf

Et chacun peut constater les diverses mobilisations qui se produisent en France et ailleurs ; là, pour aider les victimes des inondations de la région de Lourdes, en ce moment, pour porter secours aux migrants de Lampedusa, les campagnes pour le Téléthon, le Sida, les Restos du cœur...

Il semblerait aussi que la solidarité familiale recommence à jouer son rôle d’amortisseur de crise. Combien d’enfants majeurs sont recueillis par leurs parents âgés ? De jeunes adultes qui faute de moyens suffisants partagent le foyer de leurs parents. Et combien de parents aident leurs enfants, voire leurs petits enfants ?

Toutefois, il semblerait que cette solidarité soit à géométrie variable. On veut bien partager avec ceux qui nous sont proches et plus le cercle s’élargit et moins cela parait naturel, voire pour certains, insupportable.

Et puis la solidarité fonctionne souvent avec les images. Quand on voit la douleur, quand on est confronté au malheur des autres, la compassion joue et un élan de générosité se fait sentir. Mais une catastrophe chasse l’autre et si l’objectif se détourne des victimes, terminé pour elles ; elles ont passé leur tour !

 

La solidarité qui s’impose dans nos sociétés doit continuer à jouer un rôle actif, surtout en période de crise. Ce qui ne veut pas dire que les abus ne doivent pas être sanctionnés. Bien au contraire, ceux qui abusent de la solidarité jettent le discrédit sur ceux qui en ont vraiment besoin. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ambroisine - dans Société
commenter cet article

commentaires