Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 octobre 2013 5 25 /10 /octobre /2013 16:14

blog Chiffres

Oui, les chiffres ont envahi notre univers... Pas un domaine de la société n’échappe au bombardement de données chiffrées, statistiques et autres sondages...

Pas un sujet qui ne soit abordé sans une avalanche de chiffres à l’appui : chômage, travail, insécurité, santé, politique... Rien que pour le chômage, c’est à y perdre la tête ; il y a 3 295 700 de demandeurs d’emploi pour le mois de septembre, soit une hausse de 1,9% par rapport au mois d’août. Mais cela ne concerne que la catégorie A, ceux qui sont sans emploi. Mais les chiffres démoniaques ne s’arrêtent pas en aussi bon chemin ; il y a la catégorie B (activité réduite courte) et la catégorie C (activité réduite longue) qui totalisent la somme de 1 547 700. Et l’on pourrait continuer ainsi, avec les chiffres de la délinquance, de la santé...  

Sans les chiffres, pas de discussion possible ; ils mènent le jeu et pas question de les contredire : ils sont la vérité absolue ! Au cours d’un débat, les premiers sont à peine digérés que d’autres arrivent sans crier gare : tout pour nous donner le vertige ou la nausée. Nous atteignons vite l’overdose. Pour exemple, l’émission de Mots Croisés du lundi 21 octobre dernier sur l’immigration et le cas Leonarda Dibrani en particulier. Aussi intéressant que fut le débat, les chiffres ont plombé le débat, une multitude de statistiques plus indigestes les unes que les autres avaient de quoi donner le tournis...

Et qui dit chiffres, dit bataille de chiffres. Parce que les chiffres des uns ne sont pas les chiffres des autres et chacun de les défendre bec et ongles ! Combien de chiffres contradictoires en matière de manifestations ? Pas du simple au double... Au moment des manifestations contre le mariage pour tous en mai dernier ; alors que les autorités comptaient 150 000 manifestants, les organisateurs étaient sur des chiffres de plus d’un million. Qui croire ? Les premiers qui veulent minimiser pour montrer que la manifestation n’est pas très importante et à l’inverse, les seconds qui vont gonfler les chiffres pour donner l’impression que c’est toute la France qui est dans la rue ?

Et puis, ne fait-on pas dire ce que l’on veut aux chiffres ? Certains sont là pour amplifier un phénomène alors que d’autres pour le minimiser. En ce moment, il y a une belle cacophonie avec cette hausse du chômage. Quand certains affirment qu’il y a une nouvelle dégradation des chiffres, d’autres annoncent un mieux dans la hausse, une baisse dans l’augmentation, une « évidente décélération ». Bref, de quoi y perdre son latin...

On finit par être dans la course aux chiffres et ceux-ci doivent tenir leurs promesses. Un bon chiffre ne peut qu’être meilleur et un mauvais ne doit que s’améliorer. Dans un cas comme dans l’autre, c’est une catastrophe et contribue au pessimisme ambiant. Il n’y a qu’à voir les chiffres de la croissance ; alors que l’on flirte avec le zéro, toute modification de ce taux et les commentaires se multiplient à l’infini...

Ceci ne veut pas dire que les chiffres sont inutiles mais trop de chiffres tuent les chiffres. Et derrière ces chiffres, on en oublierait presque comme pour le chômage, il y a des hommes et des femmes qui basculent dans la précarité. Alors 60 000 personnes de plus sans emploi, même si ce n’est pas une énorme hausse, ce sont des drames individuels... 

 

Illustration par Korolle

Partager cet article

Repost 0
Published by Ambroisine - dans Société
commenter cet article

commentaires