Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 février 2014 6 08 /02 /février /2014 12:18

Pierre-Desproges---blog.jpg

Capture d'écran

Ah, on dirait bien que de nos jours il ne fait pas bon d’être humoriste. Pas une semaine ne passe sans que l’un deux ne fasse parler de lui !

Le dernier en date, Nicolas Canteloup, est montré du doigt pour un sketch sur le génocide rwandais. Avant lui, il y avait eu celui diffusé sur Canal + dans le cadre de l’émission le Grand Débarquement. Et ne parlons pas des divers rebondissements de l’affaire Dieudonné qui s’est pris son spectacle « Le Mur » en pleine figure !

Alors, se pose l’éternelle question : ne peut-on pas rire de tout ? Et là les thèses s’affrontent ; il y a ceux qui parlent d’atteintes à la liberté d’expression, d’un possible retour de la censure. D’autres pensent qu’il doit y avoir des limites pour ne pas blesser ou choquer telle communauté, telle religion… Là, on entre dans la jungle des bons sentiments et des tabous divers et variés. Parce que l’on rit souvent aux dépens des autres…

Déjà, il y a des domaines plus sensibles que d’autres ! Les humoristes qui se cantonnent à faire rire sur nos défauts, les tracas de la vie quotidienne ne prêtent pas le flanc aux critiques : Pierre Palmade, Muriel Robin, Gad Elmaleh, Dany Boon, Titoff, Florence Foresti… La liste est longue de ceux qui ont fait rire et qui continuent à le faire sans que l’on se pose les questions qui taraudent aujourd’hui sur la liberté de faire rire !

Après, il peut y avoir des embardées, une blague qui fait polémique. Ce fut le cas de Patrick Timsit et sa comparaison des Trisomiques avec les crevettes qui avait déclenché un tollé. Il y eut aussi la parodie controversée de la chanson « Aline » par Patrick Sébastien ou celle de « casser du noir » !

Il se trouve qu’il y a aussi une grande liberté pour les humoristes en matière de  politique. Entre les Guignols de l’info, les chroniques d’Anne Roumanoff, les sketchs de Laurent Gerra ou de Nicolas Canteloup, on peut se dire qu’il n’y a pas de censure ! Que l’on apprécie ou pas ces humoristes, ils ne ménagent en rien le personnel politique et chacun de rire à gorge déployée à leurs dépens !

Mais il y a des sujets qui portent en eux les graines de la discorde ! La frontière entre l’humour et les insultes racistes, homophobes, antisémites… est ténue. Seule la Justice doit pouvoir faire le tri et seule la Justice doit le faire. Parce qu’il est facile de s’autoproclamer humoriste pour déverser de la haine. Parce que certains font du premier degré alors que seul le second a sa place dans l’humour.

La religion est peut-être de loin ce qui pose le plus de problème à un humoriste, là où il peut s’attirer le plus d’ennuis. On se rappelle le soutien massif à Charlie Hebdo lors de l’affaire des caricatures de Mahomet. La religion catholique semble être une cible privilégiée parce que les réactions sont moins violentes. Toute la difficulté de ne pas laisser croire qu’il y a deux poids, deux mesures.

Que n’en déplaise à certains, l’humour n’a pas tous les droits, et comme toute liberté, la liberté d’expression a ses limites. C’est à l’humoriste et à lui seul, en conscience de faire rire, à se poser les questions de la légalité de ses propos, comme tout citoyen. Du reste, certains reconnaissent se fixer des limites et un journaliste confiait que Pierre Desproges avait eu quelques réticences à lancer son sketch sur les Juifs.

Non, l’humour n’a pas à craindre pour son avenir, il n’y a qu’à voir le nombre d’humoristes qui se lancent sur la scène. En période de crise, le rire est le meilleur des exutoires.

Show must go on!

 Une pensée aux humoristes disparus : Raymond Devos, Pierre Desproges, Coluche, Thierry le Luron…

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ambroisine - dans Société
commenter cet article

commentaires