Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juin 2013 7 02 /06 /juin /2013 13:43

CAF - BlogAlors que la réforme des allocations familiales qui sera dévoilée le lundi 3 juin semble indispensable pour rétablir les comptes de la branche famille, ne risque-t-elle pas d’enflammer une société de plus en plus à fleur de peau ?

Pourtant, selon un sondage Viavoice pour Les Echos, France Info et BCPE : "68% des Français sont favorables à une réduction des allocations familiales pour les ménages gagnant plus de 5 000 ou 6 000 euros par mois", ce qui semble de bon augure pour la réforme à venir. Le Président de l’Assemblée Nationale, Claude Bartolone, invité de Jean-Jacques BOURDIN le 31 mai dernier, proposait même de supprimer celles-ci aux familles qui n’en avaient pas la nécessité. Il ajoutait que vu le niveau d’endettement de la France, ces familles aisées devaient faire des efforts.

Apparemment, il ne sera pas possible d’échapper à cette réforme, chacun a bien conscience de l’urgence à revenir à l’équilibre des comptes.

Le problème de cette réforme, c’est surtout et comme toujours, qu’elle va être faite dans l’urgence et sous la contrainte, avec une pression fiscale déjà forte. Ainsi, la pilule pourrait être amère et certains peuvent même en faire une question de principe. Alors, le danger est bien là, et la contestation pourrait éclater...

Certaines familles dites « à l’aise » et qui ont plusieurs enfants, commencent à faire entendre leur voix. Non, cet argent n’est pas superflu, disent-elles, il vient boucler un budget de plus en plus serré. Parce que, à l’exception des très hauts revenus, ceux des patrons du CAC 40 qui du reste ne doivent plus être trop concernés par le sujet, beaucoup d’autres paient des impôts élevés et peuvent avoir de lourdes charges. Ainsi des frais de logement peuvent être très importants, surtout pour les résidents de la région parisienne où l’immobilier est une ruine pour les ménages. Alors, cette allocation, quel que soit son montant, peut contribuer à une vie correcte.

Du reste, le député socialiste de Haute-Garonne, Gérard Bapt, rapporteur du budget de la Sécurité sociale à l'Assemblée nationale reconnait une sorte de « double peine » pour les hauts revenus si les deux leviers étaient utilisés à savoir, la modulation des prestations en fonction des revenus, et la réforme du quotient familial,

Pour les classes moyennes qui ne devraient pas être concernées, (15% des ménages le seraient), la méfiance pourrait dominer. Pour que cette réforme soit efficace et soit source de réelles économies, alors qu’il est prévu que certaines allocations seraient revalorisées, voire même étendues, difficile de penser que celles-ci ne seront pas touchées par le dispositif.

D’autres vont y voir et y voient même déjà, une rupture du pacte social, une attaque au principe d’universalité de la politique familiale. Certains s’interrogent même sur le fait, qu’une fois cette entaille faite, pourquoi cela ne toucherait-il pas la sécurité sociale où du reste, est évoquée une franchise pour la médecine de ville en fonction des revenus.

Pour d’autres encore, il s’agira d’une preuve supplémentaire que ce sont toujours les mêmes qui paient et toujours les mêmes qui reçoivent. Une sorte de rébellion contre la solidarité, pilier de notre pacte républicain. Oui, la révolte gronde chez ceux qui ont l’impression de payer toujours plus et de recevoir de moins en moins. Il en faudrait peu pour que la rupture soit consommée.

En définitive, il serait regrettable que cette réforme qui, au fond, n’est pas dénuée de sens, puisse briser le consensus national, alors qu’il en serait différemment dans une période plus sereine. Du reste, d’autres gouvernements s’y sont déjà cassé les dents ! 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ambroisine - dans Economie
commenter cet article

commentaires

matos 18/04/2014 21:35

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Ministre_des_Affaires_Sociales_et_de_la_Sante_Marisol_TOURAINE_UN_CALCUL_PLUS_JUSTE_DES_ALLOCATIONS_FAMILIALES/