Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juin 2013 4 20 /06 /juin /2013 07:34

pub choc blog

Il y a quelques semaines, un automobiliste américain a failli s’étrangler lorsqu’en levant la tête vers unpanneau publicitaire, il y a reconnu la terrifiante silhouette d’Hitler. Le plus étonnant est que ces courbes équivoques appartiennent à … une bouilloire. En regardant le produit avec un peu de recul, impossible de passer à côté de la mèche coiffée sur le côté, de la moustache en barre et du bras levé en salut fasciste. La marque JC Penney à l’origine du tollé, a clamé haut et fort son innocence et assuré que toute ressemblance avec le führer était totalement fortuite. On a quelques difficultés à le croire quand on sait que l’objet, depuis lors, connaît un véritable engouement. Il est en rupture de stock et se négocie à près de 200 euros sur Ebay, alors qu’il n’en valait que 30 à l’origine. Mais peu importe que cette publicité ait provoqué une vive émotion Outre-Atlantique, la bouilloire est devenue célèbre et sa cote est montée en flèche.

Le choc en publicité est donc bien un argument de vente. Car qui dit choqué dit ému d’une manière ou d’une autre. En matière de pub, mieux vaut provoquer de la colère que de l’indifférence et ça, les professionnels l’ont bien compris. Comme l’enseigne de prêt-à-porter italienne Benetton qui, en novembre 2011, interpellait l’opinion avec des photos de personnalités s’embrassant. Nicolas Sarkozy et Angela Merkel, Barack Obama et le président chinois Hu Jintao ou encore l’ancien pape Benoît XVI et l’imam Mohamed Ahmed al-Tayeb. La marque voulait faire passer un message de paix et d’amour. Un message qui visiblement n’a pas été reçu cinq sur cinq de la part du Vatican qui a fait interdire la publicité.

 Mais peu importe, le « mal » était déjà fait et la marque avait réussi à faire parler d’elle. N’est-ce pas l’effet escompté d’une réclame après tout ? Si elle avait été bien gentille, bien correcte et insusceptible d’heurter la sensibilité du moindre individu aurait-elle eu le même succès, le même impact ? Certainement pas. Elle serait tombée dans l’oubli et les millions déboursés par les enseignes en marketing ne seraient pas justifiés. Car après tout après le choc vient la curiosité du public. Alors certes peut être pas de la part des catholiques purs et durs ou des admirateurs de Nicolas Sarkozy dans ce cas mais de tous les autres sûrement.

 

Les champions en la matière restent sans nul doute les campagnes d’associations ou d’organismes liés à la santé, l’écologie, l’humanitaire ou la sécurité routière. Du sang, des animaux martyrisés, des enfants atrophiés, des larmes sont les ingrédients les plus souvent utilisés. Il faut choquer, provoquer une vive émotion chez chacun, pour que vienne ensuite la prise de conscience. Marquer les esprits au fer rouge, voilà le but. Beaucoup dénoncent la banalisation d’une violence déjà trop présente dans les films, les séries et les jeux vidéo. Mais ne risque-t-on pas à montrer des images de plus en plus choquantes à annihiler la moindre compassion du public ? Les gens ne vont-ils pas finir par s’habituer et choisir de fermer les yeux sur ce qui se passe dans le monde plutôt que de les garder grand ouverts ? 

Partager cet article

Repost 0
Published by LanA - dans Société
commenter cet article

commentaires