Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 février 2014 4 06 /02 /février /2014 15:25

Manif pour tous - blog

Capture d'écran

La question de la rue qui gouvernerait revient souvent sur le tapis et ne cesse d’interroger à la fois les politiques et les citoyens.

Déjà, en mai 2003, le Premier Ministre, Jean-Pierre RAFFARIN, à propos de la réforme des retraites insistait sur le sujet : « Le Parlement doit décider, la rue doit défiler, mais ce n'est pas la rue qui gouverne».

Et pourtant !

La Manifestation pour tous semble avoir fait reculer le gouvernement sur le projet de loi sur la famille. De même, l’écotaxe se trouve suspendue en raison de la révolte des bonnets rouges… Mais plus loin, il y a eu le CPE (contrat premier emploi) et bien d’autres projets ont dû être rangés dans les cartons pour calmer l’opinion publique ou du moins une partie.

Parce que l’on est tous d’accord sur le fait que la rue ne devrait pas faire céder un pouvoir élu de manière démocratique. Parce que si les dirigeants commencent à reculer, ils finissent toujours par se trouver coincés et à plonger dans l’immobilisme.

Mais on sait aussi que des manifestations qui durent et qui se radicalisent peuvent aboutir à des catastrophes. Plus un mouvement se durcit, plus les risques de dérapages sont importants. Et ce qui terrorise tout gouvernement responsable, ce sont les victimes que peuvent faire des émeutes non maîtrisées. Notre Histoire est jalonnée de ces révoltes populaires qui se sont terminées dans le sang…  

Alors, on préfère retirer un projet pour ramener la paix civile, plutôt que de s’obstiner et de créer le désordre. A l’image de ce dernier report d’une réforme de société pour mieux avancer sur le terrain économique. Donner l’impression que l’on est à l’écoute du peuple, prendre en compte les objections et ce, même au prix d’une trahison de la parole politique.

De manière générale, ces diverses reculades donnent toujours une impression de faiblesse du pouvoir en place. Ce qui n’est pas non plus fait pour redorer le blason des politiques dont on reproche trop souvent de renier leurs convictions à la première résistance !

Mais on peut aussi se poser la question d’un manque d’anticipation. Gouverner, n’est-ce pas prévoir ? Pourquoi mettre sur la table un sujet dont on pense qu’il mettra le feu aux poudres ? Ne valait-il pas mieux s’abstenir et ne pas donner la sensation d’un retrait en rase campagne, image dévastatrice d’un pouvoir dont on ne peut que suspecter qu’il navigue à vue. On tente et si cela ne va pas, on retire… Il y a comme une sensation de grand flottement…

Pour toute réforme, on sait d’avance qu’il y aura des opposants, c’est du jeu même de la démocratie. Mais où est le dialogue, la pédagogie ? N’aurait-on pas pu éviter cette polémique avec l’ABCD de l’égalité ? Comment a-t-on pu laisser des parents croire à toutes ses idées folles qui ont été relayées dans la rue ?

Avec un travail en amont, les dirigeants pourraient éviter les débordements auxquels on assiste trop souvent. Ou alors s’abstenir de présenter un projet si le moment ne semble pas opportun.

 

La rue gouvernera à chaque fois qu’on lui laissera l’occasion de gouverner ! 

Partager cet article

Repost 0
Published by magtuttifrutti - dans Politique
commenter cet article

commentaires