Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 février 2014 6 22 /02 /février /2014 14:57

salon-agriculture---blog.png

Capture d'écran BFMTV

Alors que la 51ème édition du salon de l’agriculture a ouvert ses portes, les professionnels du secteur attendent beaucoup des annonces faites lors des Etats-généraux : «Vous avez soulevé beaucoup d’espoirs, mais on a l’impression qu’ils ne sont pas récompensés», a lancé à François Hollande Jean-Pierre Fleury, patron de la Fédération nationale bovine (FNB).

Ce reproche s’ajoute à bien d’autres et vont tous dans le même sens : où sont les mesures pour redresser le pays ? Aussitôt dit, aussitôt fait ! Voilà ce qu’attendaient celles et ceux qui ont écouté la Conférence de presse du Président de la République le 14 janvier dernier.

Comme si le pacte de responsabilité pouvait se réaliser à la vitesse de l’éclair ! Comme si le choc de simplification pouvait se concrétiser tel un supersonique passant le mur du son ! Et ne parlons pas de la réforme de l’Etat, de la décentralisation et de l’action publique !

Oui, il y a un décalage entre d’une part les promesses ou les engagements et leur réalisation et d’autre part, leurs effets. Il peut se passer bien des mois et surtout des années avant qu’il n’y ait des conséquences visibles ou ressenties par tous.

Mais les premières victimes de cette tyrannie des résultats immédiats sont ceux qui s’engagent : les politiques eux-mêmes.  

Le Président de la République au plus bas dans les sondages ne paie-t-il pas cette promesse de campagne « le changement, c’est maintenant » ? L’immédiateté comme slogan, n’était-ce pas suicidaire ? Certes, cela faisait bien dans le feu d’un discours électoral devant des militants surchauffés mais après, n’était-ce pas s’exposer à des lendemains qui déchantent...

Et cette promesse d’une inversion de la courbe du chômage, encore un pari sur le temps, n’était-il pas risqué ? A entendre le concert des économistes, il y avait de fortes probabilités que cette inversion ne se réalise pas.  Car pour le coup, l’échec en politique se paie plus dans la durée, alors que les succès, eux, passeraient presque inaperçus ! Il y a cette amnésie qui touche les réussites alors que les défaillances collent aux gouvernants comme le sparadrap colle au doigt du capitaine Haddock.

Oui les politiques font leur malheur en laissant croire que le temps ne compte pas, que l’on peut donner corps au «tout, tout de suite ». Les Allemands n’ont-ils pas attendu une dizaine d’années avant de voir le résultat des réformes Schröder ? Qui peut penser qu’un chômage de masse tel que nous le connaissons actuellement peut se résorber en moins de temps qu’il ne faut pour le dire ? Qui peut croire qu’une dette publique de presque 2000 milliards peut se réduire de manière significative en deux temps trois mouvements ?

Mais les politiques diront qu’ils n’ont pas le temps, que le quinquennat a accéléré le rythme, que ce qu’ils mettent en œuvre aujourd’hui, doit pouvoir donner des résultats demain… Et tout cela à condition qu’ils ne se plantent de stratégie ! Sinon, que de temps perdu !

Et de l’autre côté, les citoyens de reprocher à leurs dirigeants de ne pas avoir de vision à long terme tout en voulant, exigeant même, des résultats dans les plus brefs délais…

 

Alors, il ne faut pas s’étonner de la déception, de la désillusion face à ce mur du temps, infranchissable et lisse. Contre le temps, on ne peut rien, sauf la patience, mais là, on est dans un autre monde…. 

Partager cet article

Repost 0
Published by magtuttifrutti - dans Politique
commenter cet article

commentaires