Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 09:33

matignon blogAprès une année de pouvoir, le Gouvernement explose le record d’impopularité. Selon un sondage TNS-SOFRES publié le 06 mai 2013, 76% des Français jugent le bilan de Françoise Hollande plutôt négatif. Et pour ceux qui ont voté pour le Président au 1er et au 2ème tour, ils étaient 56% à être déçus.

Et pourtant, la campagne électorale de 2012 avait suscité à Gauche de l’enthousiasme. L’espoir était là dans les meetings, bien palpable. « Le changement, c’est maintenant » beaucoup y ont cru et se sont laissés bercés par la douce musique d’une belle justice sociale, de la défense contre une finance dévoyée... Aujourd’hui, a fait place la déception. Certains parlent de trahison, d’autres hurlent au coup de balai, d’autres encore sont dans l’abattement.

La campagne de 2007 avait elle aussi soulevé une grande ferveur pour la Droite, peut-être même davantage. Nicolas Sarkozy était le candidat idéal, celui dont on n’espérait plus la venue. Et 5 ans plus tard, une défaite peut-être pas cuisante, mais un échec quand même. Là aussi, pour les électeurs de la Droite, le compte n’y était pas...

Tout ceci ne serait-il pas pour nous tous, électeurs, la traduction, à un moment ou à un autre, d’une grande naïveté ? Ne serions-nous pas tentés de croire les candidats qui, galvanisés par l’ascension du pouvoir, sont prêts à nous promettre la lune ?

Se présenter à la Présidence de la République exige d’être un orateur hors pair. Tout est dans la parole, ces mots que l’on jette au public comme autant d’offrandes. Il faut faire rêver et celui qui tente de s’y soustraire ne passera pas le cap du premier tour. Il est un candidat, François Bayrou du Modem, qui avait beaucoup parlé de la dette pendant la campagne de 2012, ce qui lui a valu un score sous la barre des 10 % ! Évidemment, comme thème de campagne, c’était loin d’être fun ! Alors que "Mon véritable adversaire, [...] c'est le monde de la finance", porté par François Hollande, le 22 janvier 2012 au Bourget, c’était plus vendeur et la foule présente était en liesse, comme son orateur, tout comme son orateur...

Oui, nous sommes tous des victimes consentantes par notre naïveté, chacun dans son camp. Et l’épreuve de la réalité fait voler en éclat le mirage créé durant les quelques mois d’une campagne.

Dommage que nous ne conservions pas malgré tout, au-delà des promesses mirifiques, une certaine distance ou le recul nécessaire qui permettrait ensuite d’encaisser les désillusions.

En mai 2012, la France était dans une situation critique. François Fillon, Premier Ministre, n’avait-il pas lancé quelques années plus tôt, qu’il était à la tête d’un Etat en faillite. Bien des signes, à défaut de certitudes, indiquaient que le Pays se portait très mal. Aussi, aurait-il été miraculeux qu’en une année, les choses s’arrangent.

Non, la naïveté ne paie pas. C’est toujours le ressentiment qui domine quand les espoirs sont déçus. Alors la tentation est grande de trouver refuge dans l’abstention ou de courir au Front National...

Alors naïfs, les électeurs ? 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ambroisine - dans Politique
commenter cet article

commentaires

pbx system guru 05/08/2014 14:34

The government is always supporting the French people about this. I do not understand then why this people are not happy about this decision. I hope the authorities, sort it out the issue and will find the solution soon.