Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 juillet 2013 4 04 /07 /juillet /2013 11:08

Le limogeage de l’ex-ministre de l’écologie, Delphine Batho, sonne comme la fin de la récréation. Le Président de la République avait prévenu : "Ce qui m'importe, c'est la ligne. Il ne doit y avoir qu'une seule ligne au sein du gouvernement... "

Et visiblement, la ligne rouge a été franchie avec la déclaration tonitruante de l’ex-ministre qualifiant de « mauvais » le budget 2014, le Ministère de l’écologie devant perdre plus de 7% des crédits octroyés.

Il est vrai que l’on attend d’un gouvernement de la solidarité et de la cohésion. Toutes les voix discordantes que l’on a pu entendre depuis des mois, ont mis à mal la parole gouvernementale, laissant penser que chacun y allait de sa propre musique et que l’indiscipline était le mot d’ordre.

Faire un exemple est toujours compliqué et souvent mal compris. C’est comme rétablir la discipline dans une classe : la sanction tombe souvent sur celui qui n’est pas le plus agité ! Oui, comme si le sort prend un malin plaisir à faire supporter sur celui qui s’est réveillé au plus mauvais moment et qui va trinquer pour tous les autres. D’où l’incompréhension pour l’ensemble et le sentiment d’injustice ressenti !

En l’occurrence, c’est ce qui se passe pour Delphine Batho. Elle ne faisait pas partie des trublions habituels, n’avait pas encore fait entendre une voix dissonante et voilà qu’elle paie pour les autres...

Comme il s’agit d’une femme, on y voit un acte machiste. Elle ne représente pas une force politique de premier plan, on parle alors d’un acte fort sur une faible. Enfin, comme l’écologie est un secteur sensible, certains pensent même à un renoncement au projet de transition énergétique...

Sur le plan de la communication, c’est un échec puisque 59 % des Français désapprouvent l’éviction de la Ministre.

Pourtant, il faut relativiser. Selon certaines sources, Delphine Batho aurait pu revenir sur ses propos et rester dans le gouvernement. Certains diront que c’est une marque de courage, elle a montré son désaccord. Mais dans ce cas, n’était-ce pas à elle de partir ? Telle l’application de la célèbre formule de Jean-Pierre Chevènement « Un ministre, ça ferme sa gueule. Si ça veut l'ouvrir, ça démissionne.»

Peut-être a-t-elle voulu jouer un bras de fer et du coup, elle a perdu ? La conférence de presse qu’elle tiendra ce jour apportera peut-être des explications ou pas !

Ce qu’il faut retenir de ce limogeage est moins le fond de l’affaire dont on peut comprendre les raisons, mais surtout la forme qui n’a pas été très élégante, entre le Tweet de Matignon et l’annonce brutale de sa mise à l’écart.

Mais pour tous les autres Ministres, ceux qui auraient envie à l’avenir de s’exonérer de la solidarité gouvernementale, ils ne pourront plus dire qu’ils ne savaient pas. Et puis, cette fois, plus personne ne sera à l’abri... 

Partager cet article

Published by Ambroisine - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Bienvenue

  • : Mag' Tutti-Frutti
  • Mag' Tutti-Frutti
  • : Que faire quand une mère et une fille partagent le même goût pour l'écriture et pour les discussions? Pourquoi pas un blog!!! Ce "mag" écrit à quatre mains n'a pas d'autres prétentions que de faire partager deux points de vue, de deux générations, sur des faits de société. Vous pouvez vous aussi réagir! Bonne lecture!
  • Contact

Rechercher Un Article

Catégories