Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 décembre 2012 6 08 /12 /décembre /2012 10:51

img15d[1]Malgré la crise, les prix de l’immobilier ne chutent pas ! Pis, dans nombre de communes où la demande est forte, les prix continuent de grimper. C’est incompréhensible et les spécialistes parlent d’exception française.

En 2012, le volume des affaires est en baisse car les parties campent sur leurs positions ; les vendeurs refusent de baisser leur prix, pas question de négocier, et les acheteurs attendent l’effondrement du marché, annoncé par les économistes.

Ainsi, le mécontentement est général, les vendeurs qui pensent de bonne foi que leur bien va être bradé et les acheteurs qui ont l’impression –souvent justifiée- d’être des pigeons, victimes de vendeurs qui veulent s’enrichir sur leur dos.

Comment en sommes-nous arrivés à cette situation qui semble inextricable ?

Les vendeurs fixent trop souvent la valeur de leur bien en fonction, non du prix du marché – prix du reste qui selon les professionnels varient de manière très significative – mais de l’utilisation future des fonds. Soit, pour acheter un nouveau bien de valeur supérieure, soit pour en financer des travaux, soit pour placer le capital et s’assurer des revenus… la liste est non exhaustive. Bref, plus le bien sera vendu cher, plus le bénéfice sera important et la réalité a souvent donné raison aux vendeurs gourmands. Mais lorsque le schéma se modifie, les vendeurs ne veulent alors rien entendre, les profits d’hier doivent être les profits de demain. D’où un blocage du marché. Aussi, quand les vendeurs sont contraints de consentir à un sacrifice, celui-ci est vécu comme une véritable frustration.

Les acquéreurs sont souvent dans une position délicate. Il y a peu de bonnes affaires de nos jours, c’est au prix d’une âpre négociation qu’ils finissent par emporter le morceau. Du reste, ils ne savourent guère leur victoire car le prix reste élevé et il leur faudra de très longues années pour rembourser le prêt qu’ils ont réussi à obtenir. Et ce n’est pas toujours le succès espéré ; les banques ont des critères de plus en plus sévères, comme un apport personnel conséquent, réduction de la durée du remboursement... D’où une plus grande amertume quand l’acheteur se voit refuser son crédit.

Dans cette course au toujours plus cher, personne n’est véritablement gagnant. Si cela a été le cas au début de cette explosion des prix, ce phénomène a atteint ses limites. Comme partout les prix se sont envolés, si on vend cher, on achètera forcément plus cher ! Où est le bénéfice ?

Alors, la solution ne serait-elle pas dans le retour à la raison et à la modération qui au bout du compte, aidera tout le monde ? Mais quand il s’agit du secteur immobilier, comme tout secteur marchand, raison et appât du gain ne font pas bon ménage !

Partager cet article

Repost 0
Published by Ambroisine - dans Economie
commenter cet article

commentaires

onclebob 26/02/2013 10:01

OUi c'est vrai aussi, il y a pour les propriétaires de plus en plus de contrôles avant la vente

mais aussi pendant la construction d'une maison en auto construction (et je peut lister consuel .electrique ..verification depuis cette année par des organismes de la conformitée BBC ..etc etc )
sans compter le prix des materiaux de base de construction qui augmentent de 7a8% a l'année d'augmentation (reseignez vous par exemple chez point P)

tout cela pour dire qu'une partie des ventes de maison ou d'appartement qui servent d'apport pour une nouvelle acquisition sont obliger de suivre les cours des couts des materiaux car si vous
baissez le prix de vente de votre bien vous ne pouvez plus acquerir un bien du meme standing que celui que vous venez de vendre

je voie bien dans les lotissement que je visites actuellement une personne qui fait construire en province il y a 15 ans avec un meme somme on pouvait avoir une maison individuelle de 100 m2 et
maintenant l'acheteur moyen ne peut plus avoir qu'une maison de 20 m2

magtuttifrutti 26/02/2013 13:15



Votre témoignage est intéressant et apporte aussi un nouvel éclairage sur la hausse des prix... Merci de votre nouveau commentaire



onclebob 25/02/2013 11:57

en tant que proprietaire de ma residence principale (sur le point de vendre mon bien) pour refaire construire ma nouvelle residence principale en province c'est sur que je ne vais pas brader mon
bien,surtout que le prix des maisons vont augmenter de 15% minimum avec les normes BBC en vigueur avec une coorte de verication a avoir par des specialiste qu'il faud remunerer a la hauter de 1000
euros a chaque visite
resultats entre + 15 a 20 ù sur la facture par rapport a 2011

magtuttifrutti 25/02/2013 19:05



OUi c'est vrai aussi, il y a pour les propriétaires de plus en plus de contrôles avant la vente. Merci de votre témoignage



Helios 20/02/2013 16:02

Ce n'est pas étonnant du tout puisque nous ne sommes qu'au début de l'explosion de la bulle immobilière.
Ce sont les vendeurs contraints (successions, divorces, mutations) qui finalement feront les prix du marché.

magtuttifrutti 21/02/2013 10:04



Bonne analyse, vous avez raison 


Merci pour votre intervention