Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 15:43

A ce serment prononcé dans le cadre judiciaire, combien d’hommes politiques seraient capables de s’y conformer ?

A une époque où les politiques ont perdu de leur crédibilité, où la confiance en ces derniers s’est considérablement émoussée, posons-nous la question de ce qui peut être dit ou non.

Il est évident et non contestable que les femmes et les hommes politiques ont un devoir général de vérité. Les Français les ont élus pour gérer les affaires publiques, ce qui implique la probité, la sincérité et la loyauté.

Ainsi, ce principe posé, on peut s’interroger sur le fait que si la malhonnêteté ne paie pas, dans bien des cas, l’honnêteté intellectuelle non plus !   

Le proverbe « toute vérité n’est pas bonne à dire » ne pourrait-il pas s’appliquer en politique ?

Il y a des informations anxiogènes qu’il est préférable de taire plutôt que d’effrayer inutilement les citoyens, dont certains sont plus fragiles que d’autres. On pourrait citer les dangers du nucléaire, le dérèglement climatique, la pollution… On sait déjà que le risque zéro n’existe pas et que les dangers nous guettent sur tous les fronts ; alors, la vérité doit être préparée pour éviter la peur, voire des mouvements de panique… De même, imaginons que le gouvernement actuel soit déjà convaincu que le déficit public ne pourra être ramené à 3% fin 2013. S’il faisait preuve de vérité, cette information ne manquerait pas de déclencher des conséquences néfastes pour la France sur les marchés financiers, des inquiétudes mettant un peu plus à mal l’économie de notre pays.

Par ailleurs et là est peut-être le cœur du sujet, l’ignorance des faits. Quand on ne sait pas, on se tait ! Dans bon nombre de situations, les hommes politiques n’ont pas de certitude sur ce que sera l’avenir. A moins de lire dans le marc de café, les projections faites ne sont que des hypothèses, pas la vérité… De nombreux domaines sont concernés, telles les relations internationales. Qui peut savoir aujourd’hui comment évolueront les révolutions arabes, et plus proche de nous, l’avenir de l’Europe ? Personne ! Et ce ne sont pas les hypothèses envisagées qui pourraient être renversées à la moindre occasion… De même comment imaginer quel sera le taux de croissance mondiale pour 2013 ? Il suffit d’un événement, parfois même anodin, pour renverser toutes les projections envisagées par les économistes… Aussi, eu égard à toutes ces incertitudes, le gouvernement est obligé de naviguer à vue, semblant manquer de cap, tel un bateau sur un océan déchainé…

Ainsi, on ne peut reprocher tout et son contraire aux hommes politiques. Il faudrait pouvoir se contenter de ce qui peut être dit, sans en demander toujours plus ; car là est le risque de voir la parole politique un peu plus discréditée…

Partager cet article

Repost 0
Published by Ambroisine - dans Politique
commenter cet article

commentaires