Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 avril 2014 4 03 /04 /avril /2014 13:59

bercy - blog

L’économie et surtout les économies risquent d’être au centre de tout dans les mois prochains, voire les années à venir…

Oui, l’économie est une priorité ; elle va balayer probablement tout autre sujet de préoccupation de nos dirigeants. Et pour cause ! Il faut remettre le pays sur les rails du chemin de fer mondial. L’urgence est de redonner de l’élan à une économie qui s’est ratatinée, qui n’a plus confiance en elle, qui a perdu son rang dans le commerce international. Qui aurait envie aujourd’hui d’investir dans une nation qui se désespère ?

La croissance que l’on appelle de nos vœux boude toujours notre pays, il faut envoyer des signaux forts pour faire revenir les capitaux étrangers qui ont diminué. Mais tout est question de confiance et il en faudrait peu pour que le ciel s’éclaircisse. On parle d’un gouvernement de combat, non ?

Si l’on considère que la dette s’est encore alourdie (fin 2013, elle s’établissait à 93,5% du PIB), que le déficit est plus important que prévu (4,3% au lieu de 4,1%) et ce, malgré un alourdissement de la pression fiscale, on peut penser que les économies vont occuper tout l’espace public.

Un pacte de responsabilité doublé d’un pacte de solidarité, lesquels vont exiger la réduction des dépenses publiques dans des proportions que l’on imagine encore mal.

Déjà, rien n’a encore transpiré des fameux 50 milliards d’économies sur 3 ans mais qui devront être réalisés. Du reste, une rencontre avec la Commission européenne est prévue à la mi-avril sur le sujet et qui s’avère être cruciale.

Mais l’Union européenne n’est pas responsable de notre conduite irresponsable en matière budgétaire, d’une dette qu’on a laissée filer sans état d’âme, du genre –après moi, le déluge ! – et d’une grande lâcheté en résolvant les problèmes à coup de crédits, plutôt qu’en réformant…

A présent que nous sommes arrivés au bout du système, que l’on ne peut plus emprunter à tout-va, la note nous est présentée, salée…

Et les économies de tout écraser…

Les marges de manœuvres étant réduites à leur plus simple expression, ce sont des réductions drastiques qui nous attendent, tel un bulldozer qui broierait tout sur son passage…

Que restera-t-il ?

Nul ne le sait, sauf ceux qui préparent dans le secret un plan de réformes.

Ce qu’il y a de plus regrettable dans cette affaire, c’est que les citoyens sentent bien que le pays va mal, de plus en plus mal, et que le discours de vérité n’est pas pour demain !

On ne peut nier que le langage de la sincérité soit très excitant, mais le doute n’est-il pas anxiogène ? Le pays est quasi à l’arrêt ; les entreprises n’osent plus investir, la consommation stagne (après une baisse de 2,1% en janvier 2014, une hausse de 0,1%), les impôts ne rentrent plus aussi bien avec cette formule " trop d’impôts tue l’impôt"…

Le gouvernement de « combat » qui vient de se mettre en place porte bien son nom. Redresser un pays nécessite des efforts, de la compétence et des nerfs solides, peu importe qu’il soit resserré, peu importe qu’il n’ait été que peu renouvelé. L’important est le travail à fournir, les couacs à bannir, le sens de l’intérêt général... Tout le reste n’est que petite cuisine qui fait le bonheur des médias…  

 

Dans les prochains mois, l’économie aura envahi notre univers et exigera des sacrifices. Aussi, les résultats plus que jamais devront être au rendez-vous ! 

Partager cet article

Repost 0
Published by magtuttifrutti - dans Economie
commenter cet article

commentaires