Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 17:14

blog funanbuleLe 28 mars, le Président de la République a voulu s’imposer comme le Capitaine du bateau France pris dans la tempête financière, incarner le chef dans la bataille économique qui fait rage.

Mais il semblerait que l’image la plus juste soit celle d’un funambule au-dessus d’un gouffre, celui de nos déficits. La conduite des affaires doit répondre à deux contradictions : faire des économies d’une ampleur considérable en ne plongeant pas le pays dans une longue récession.

Évidemment, l’exercice est périlleux et au moindre faux pas, c’est la culbute dans l’abime. L’Union européenne et les marchés financiers guettent le plus petit geste de déséquilibre pour sanctionner notre pays. Aucun droit à l’erreur ou si peu... C’est pour cette raison, que tout est plus facile à dire qu’à faire. Trouver le bon dosage est un travail de haute précision, c’est comme manipuler un baril de poudre. Une seule étincelle et le tout explose !  

Car, oui, la France va mal : le déficit public plus important que prévu (4,8% au lieu de 4,5% du PIB), les chiffres du chômage sont de plus en plus inquiétants, les plans sociaux s’accélèrent...

Alors, pour répondre à tous les paramètres évoqués et plaire aux uns sans déplaire aux autres, la ligne politique a été exposée : pacte de compétitivité, choc de simplification, contrats de génération, contrats d’avenir...

Le Président a parlé de boite à outils quand nous aurions aimé toute la boutique de bricolage. De même, on aurait souhaité que cette crise soit prise à bras-le-corps avec l’annonce de réformes fracassantes (on évoque souvent la diminution du nombre de parlementaires, la disparition des départements, réduction des comités Théodule…) et la baisse significative des dépenses publiques.

Mais le tempo choisi est celui de la douceur, de réformes à dose homéopathique alors qu’on aurait préféré un traitement de cheval, voire un électrochoc. Certains préconisent même de renverser la table, de mettre tout à plat.

Mais le temps est à l’apaisement. De la patience est demandée alors que la société est dans l’impatience. Les citoyens ont peur, pris malgré eux dans l’engrenage des mauvaises nouvelles qui tombent et qui broient chaque jour des destins. Et l’image omniprésente de la Grèce, de l’Espagne, de l’Italie et plus récemment de Chypre... L’angoisse est là palpable et chacun se demande à quand le tour de la France ?

Pourtant, il faudra attendre quelques mois pour connaitre le résultat des actions mises en œuvre par le Gouvernement. Seront-elles à la hauteur des enjeux ? Beaucoup en doute, il n’y a qu’à voir les nombreux commentaires à ce sujet. Chacun y va de sa note négative, c’est à celui qui aura la Une la plus sombre...

Mais seul le résultat compte et comptera... Pour le meilleur ou pour le pire ?  

 

 

Illustration de Korolle

Partager cet article

Repost 0
Published by Ambroisine - dans Politique
commenter cet article

commentaires