Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 janvier 2013 6 19 /01 /janvier /2013 18:37

MaliLa France vient d’engager des troupes dans une guerre au Nord du Mali avec l’appui de la communauté internationale et une certaine union nationale que l’on peut qualifier d’union sacrée. Toutefois, quelques voix discordantes se font entendre ici ou là et celles-ci se feront plus fortes au fil du développement de l’intervention française.

Aussi, pour répondre à toutes ces interrogations qui peuvent être légitimes, on peut se poser la question suivante : quels intérêts notre Président a-t-il de se lancer dans un tel conflit ?

Il faut reconnaitre que le Chef de l’État a plus de coups à prendre dans cette guerre que de lauriers à recevoir !

Car un conflit armé n’est jamais sans danger et les obstacles vont se dresser les uns derrière les autres. Le prix du sang ne va pas manquer d’être versé, combien de militaires vont y laisser la vie ? Si les soldats connaissent la portée de leur engagement jusqu’à la mort, leurs familles n’ont pas forcément la même abnégation. Et la France n’aime pas perdre ses militaires au combat, même si cela fait partie intégrante de la guerre.

Il y aura ce qu’on appelle les dommages collatéraux ; malgré tout le sérieux et le professionnalisme de troupes aguerries, des victimes civiles seront à dénombrer car nul n’est parfait. Et plus les « bavures » seront nombreuses, plus ceux qui nous ont appelés au secours se retourneront contre leurs libérateurs ; pas facile de faire une guerre proprement, ne touchant que les ennemis… lesquels se dissimulent parmi la population innocente.

Le risque d’attentats sur le sol français ou à l’étranger contre des intérêts français est accru. Même si la France a déjà connu des épisodes terroristes sanglants, il n’empêche que le traumatisme engendré est immense et la population n’est pas préparée à revivre cette peur de la bombe qui peut exploser n’importe où, n’importe quand…  

Et le risque d’enlisement existe. Il ne peut pas être écarté, malgré le large déploiement des forces armées françaises et bientôt, africaines. Difficile de contrôler une zone aussi vaste, désertique, où les terroristes sont comme des poissons dans l’eau, où les frontières sont comme les sables, mouvantes !

Les dépenses militaires vont s’envoler et le prix de cette guerre risque de peser lourd sur un budget déjà étriqué. Comment vont réagir les marchés financiers quand ils verront la dette publique se creuser un peu plus ? Quand on connait le prix de l’heure d’un avion rafale (plus de 15 000 euros l’heure) et celui d’un missile (100 000 euros pièce), c’est à donner le vertige…

Et pour finir, ne parlons pas des procès en sorcellerie auxquels le Président ne va pas échapper. Malgré toutes les précautions qu’il a prises pour ne pas que la France apparaisse seule dans la bataille, il aura droit au procès pour néocolonialisme et toute la batterie des reproches d’intérêts cachés d’ordre économique, luttes d’influence et autre désir de compter sur la scène internationale.

En revanche, et là réside l’essentiel, que se serait-il passé si la France n’était pas intervenue au Mali ?

Nul besoin de lire dans une boule de cristal pour connaître le sort des habitants de Bamako avec l’arrivée de hordes de terroristes. Les témoignages ont été suffisamment explicites sur ce qui s’est passé à Tombouctou ; les monuments historiques saccagés, des femmes lapidées, des voleurs amputés... Et la seule pensée qu’un État terroriste puisse s’installer dans cette région de l’Afrique, presque aux portes de l’Europe, donne froid dans le dos…

Aussi, saluons le courage d’un Homme d’État qui a su prendre ses responsabilités pour préserver l’intégrité d’un État ami en grand danger et peut-être, la sauvegarde même de notre civilisation.

Quoi qu’il arrive, il aura tenté de changer le cours des choses

Partager cet article

Repost 0
Published by Ambroisine - dans Monde
commenter cet article

commentaires

Phil 09/05/2013 13:05

Je découvre aujourd'hui votre blog, donc 'après la bagarre'. Votre analyse est intéressante, plutôt complète, et il n'y a aucune raison d'y voir une rigolade. Lorsque l'intervention française a été
annoncée, le risque de voir ce pays devenir une nouvelle base terroriste justifiait la demande malienne, et la présence de 5000 à 6000 Français dans ce pays, susceptibles de devenir eux-mêmes
otages, justifiait à elle seule la réponse immédiate de la France.

magtuttifrutti 12/05/2013 18:07



Merci pour votre intervention et toutes mes excuses de publier avec retard



Willow 25/01/2013 17:26

Bonjour,, un truc me chiffonne, le pouvoir en place au Mali résulte d’un coup d’état militaire. En plus on nous décrit l’ennemi comme de vilains islamistes en oubliant un peu vite que le nord Mali
à fait sécession bien avant leur arrivée. Les touaregs issus de plusieurs pays limitrophes ont toujours été hostiles au pouvoir en place à Bamako. Faire la guerre et reprendre le nord à qui ? et
pour le donner à qui ? Avec un peu d’humour je dirais « n’oublions pas qu’en 1789 en pleine révolution française le roi et son épouse appelèrent les autrichiens à la rescousse pour mettre à bas le
peuple ». Ça n’a pas marché heureusement non ? ceci dit bravo pour votre blog varié et agréable à lire ;O)

magtuttifrutti 25/01/2013 18:40



Votre réflexion est pertinente car effectivement, les Touaregs devront faire partie de la négociation dans la reconquête du Nord Mali, ce ne sont pas tous des terroristes, bien au contraire...


Merci beaucoup pour votre compliment sur ce blog que nous essayons modestement de faire vivre 



Yan2A 19/01/2013 20:52

Merci pour la partie de rigolade !

J'ai partagé sur FB tellement j'ai failli me pisser dessus !

magtuttifrutti 20/01/2013 11:02



Bon, c'est déjà une bonne chose si cela a été une partie de rigolade ! Pas de critique constructive, dommage...