Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 octobre 2013 3 23 /10 /octobre /2013 10:20

Argent2

Avec la crise économique qui s’éternise, n’assistons-nous pas à une confrontation, certes pour le moment modérée, entre une France qui doit s’adapter et une autre qui est protégée et qui veut que rien ne change ?

Plusieurs signes semblent l’indiquer...

Déjà, cette revendication à travailler le dimanche et à faire des nocturnes, de salariés dont nous avons été les témoins de leurs actions les dernières semaines. Il y a eu la rébellion des « bricoleurs du Dimanche » et celle des salariés de Séphora sur la plus belle avenue du monde, l’avenue des Champs-Élysées.

Des salariés volontaires pour se priver d’un dimanche en famille ou d’heures de sommeil pour ce qui constitue le nerf de la guerre : des compléments de salaire non négligeables. Des étudiants étaient souvent à la tête de ces frondes mais pas seulement ; tous ceux qui doivent travailler plus pour gagner plus. Et nous voyons bien que pour beaucoup, ce n’est pas du superflu, mais pouvoir vivre décemment... Du reste, les sondages montrent que les Français sont pour l’ouverture des magasins de bricolage le dimanche (80% selon un sondage CSA pour les Échos) Mais 56% des Français sont contre pour travailler le dimanche ; nous voyons bien là tout le paradoxe. Oui, pour travailler le dimanche ou le soir, mais pour les autres... Seuls ceux qui souffrent et qui doivent s’adapter sont prêts à sacrifier des dimanches et des soirées...

Également, des professions "installées" et qui parfois bénéficient de monopoles voient leur statut attaquer. Ce sont le cas des véhicules avec chauffeurs (VTC) ; les autorités ont été contraintes d’intervenir pour préserver le monopole des taxis. A partir du 01 janvier 2014, ces véhicules devront observer un délai de 15 minutes avant de prendre en charge leurs clients. Mais ceux-ci n’ont pas dit leur dernier mot et la bataille promet d’être rude...

De même, le statut des auto-entrepreneurs est en passe d’être modifié et ce, en dépit du mouvement des « poussins ». Les professionnels, notamment du bâtiment, les accusent de casser les prix en raison de la quasi-absence de contraintes administratives et de charges moins lourdes. Mais ceux-ci sont bien décidés à se faire entendre et les réactions sur la réforme à venir seront sans nul doute enflammées...

Plus généralement, 81 % des Français sont de plus en plus inquiets pour leur retraite et bon nombre d’entre eux (44 %) envisageraient de travailler après celle-ci. Oui, des Français qui sont prêts à s’adapter pour ne pas sombrer dans l’inconfort financier, si ce n’est pas pour certains, dans la pauvreté. Combien de retraités sont obligés de recourir aux Restos du Cœur ?

Ainsi, une partie des Français qui, en cette période troublée sur le plan économique, se mobilisent pour sortir du chômage ou d’une vie de galère faite de privations. Et tout cela en mettant à mal les acquis dont beaucoup encore profitent...

Alors, certes, il faudra trouver le bon dosage entre une demande qui sera toujours plus croissante d’abolition des privilèges et celle de ceux qui doivent s’adapter pour survivre.

 

Le combat ne fait que commencer... 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ambroisine - dans Economie
commenter cet article

commentaires