Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 13:36

fraternité blog

A-t-on envie que notre Pays sombre dans le chaos économique ?

Personne, à l’exception de quelques jusqu’au-boutistes, n’a envie d’un scénario catastrophe pour la France. Du reste, le french-bashing dont vient faire preuve le journal américain Newsweek n’a pas été du goût des internautes français qui ont vivement réagi sur la toile et ce, à juste titre !

Et pourtant, on ne peut pas nier que notre économie soit dans une forme éblouissante. Pire, nous avons l’impression qu’il ne faudrait pas grand-chose, un mauvais tour des marchés financiers, pour que nous basculions dans le cauchemar des restrictions à tout-va, des cures d’amaigrissement dont on peut imaginer sans mal les effets dévastateurs sur toute la communauté nationale.

Il est certain que depuis de nombreuses années, nous nous détournons du collectif, nous plongeons dans le chacun pour soi. Ce matin même, sur le plateau de LCP, dans l’émission Politique matin, les éditorialistes faisaient remarquer à propos de l’usine Goodyear d’Amiens, ce manque de collectif, mettant dos-à-dos, direction et salariés, chacun campant sur ses positions. Ils notaient le manque de confiance des salariés qui préfèrent de confortables primes de licenciement plutôt que de confier leur sort à des investisseurs, ces derniers souvent plus requins que sauveurs de l’entreprise !

Oui, on en est là ; personne ne fait confiance à personne !

Dans ses vœux de fin d’année, le Président de la République a proposé un pacte de responsabilité aux entrepreneurs, tendant une main à ceux envers lesquels, il semblait avoir toutes les méfiances. D’autres engagements ont été pris par le Chef de l’État, comme la simplification des formalités de la vie quotidienne, la réduction des dépenses publique et la correction des excès du système social...

Si les paroles sont suivies des faits, nous devrons tous consentir à des sacrifices et laisser de côté nos intérêts individuels. En serons-nous capables ? Toute la question est là ! Et la réponse ne tardera pas à venir...

Mais quelle que soit notre réaction face à ce qui se prépare dans le secret des cabinets ministériels, nous avons tous à y gagner ou y perdre !

Parce qu’en cas de débâcle, nous y laisserons tous des plumes ! Les pauvres, les riches et les classes moyennes, personne ne sera épargné ; ce sera comme un tsunami qui emporte tout sur son passage, pas moyen d’échapper au cataclysme...

En revanche, si l’on prend l’option des efforts et s’ils sont couronnés de succès, nous pourrons dire que nous avons échappé au pire ! Et tout le monde à y gagner. Ceux qui n’ont pas de travail, peut-être la chance de renouer avec l’espoir d’un poste. Car les entreprises ne pourront pas éternellement délocaliser, à moins de trouver une autre galaxie à exploiter ! Il n’y a qu’à voir les révoltes de plus en plus nombreuses de ces salariés à bas coût, que ce soit en Chine, au Bangladesh ou au Cambodge, ces petites mains du textile qui n’en peuvent plus de travailler dans des conditions inacceptables et pour une misère...

http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/11/13/au-cambodge-la-revolte-des-ouvrieres-du-textile-s-ete_3512849_3234.html

 

Alors, oui, il y a toujours le risque que malgré nos efforts, nous ne soyons pas récompensés... Mais au moins, nous n’aurons rien à nous reprocher, nous aurons tout tenté et peut-être, aurons-nous réussi le fait d’être rassemblés, comme jamais dans notre Histoire ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Ambroisine - dans Economie
commenter cet article

commentaires

AngloEntrepreneurenFrance 08/01/2014 12:25

Une solution qui permet à tous les ouvriers de l'usine Goodyear d'Amiens-Nord de s'engager pour leur avenir.
Points positifs:
-l'usine est déjà équipées avec les matériaux spécifiques à la fabrication de pneus
-les ouvriers sont qualifiés
-la logistique est déjà en place
Il faut que les ouvriers de l'usine Goodyear d'Amiens-Nord créent un collectif (comme un COPE) et cherchent ensemble le capital-risque.
Avec ce budget, l'usine pourra vendre des pneus en France selon un modèle de B2B (business to business).

magtuttifrutti 08/01/2014 14:40



Merci beaucoup pour votre commentaire très constructif. Et que celui-ci puisse être lu...