Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 15:58

Confiance ou plutôt le manque de confiance sont encore une expression à la mode dans notre société, ces derniers temps. Un dossier avait même été consacré à ce sujet dans le magazine Marianne du 25 mai dernier. Peu de corporations ont les faveurs de l’opinion et plus on s’éloigne de la sphère privée, plus la défiance est de mise.    

On entend partout, de la sphère économique à celle de la politique, que la perte de confiance est un problème et que si celle-ci était retrouvée, notre Pays se porterait mieux...

En même temps, la confiance ne se décrète pas, comme la croissance économique et toutes les affaires politiques et autres scandales sanitaires ont entamé celle-ci au point que la société s’est bloquée. Et les colères et autres frustrations se traduisent dans les quelques élections, tel le premier tour des législatives dans le Lot-et-Garonne où le Front National flirte avec la victoire. Après l’affaire Cahuzac, on pouvait se douter qu’une sanction allait intervenir mais au-delà, c’est toute la classe politique qui est remise en cause.

Ce lien qu’est la confiance est un lien bien fragile ; il est plus vite défait que construit. Un problème et celui-ci disparaît illico. Une fraude alimentaire discrédite non seulement une entreprise, mais aussi toute une filière. Un scandale sanitaire comme le mauvais conditionnement d’un médicament et la méfiance resurgit jusque sur les médicaments génériques. Des affaires politiques et c’est tout le milieu qui est considéré comme vérolé...

C’est ainsi et on peut essayer de relativiser, la confiance n’en fait qu’à sa tête ; elle met du temps à s’installer et peut déserter brutalement. Pour le sénateur-maire de Lyon, Gérard Collomb, invité de Jean-Jacques Bourdin sur BFM TV, la France est en train de perdre pied.

Alors on parle d’exemplarité, d’éthique, de déontologie, de transparence...

En politique, c’est même devenu obsessionnel chez les élus qui prônent exemplarité et transparence. Après, pour traduire les intentions dans une loi, c’est une autre histoire. Mais la volonté de restaurer cette confiance semble bien réelle et chacun est bien conscient de la nécessité et de l’urgence. En ce sens, la loi sur la transparence de la vie politique, la lutte contre l’évasion fiscale...

Pour l’économie, cette confiance peut se rétablir sous l’effet de mesures fortes, de signaux positifs qui redonnent l’espoir. Oui, l’espoir donne l’envie de consommer aux consommateurs, aux entreprises d’investir. Pour le moment, les conditions ne sont pas réunies. Trop d’incertitudes planent (http://www.magtuttifrutti.com/article-incertitudes-quand-une-societe-se-bloque-118273200.html), le brouillard d’angoisses qui s’est installé, n’arrive pas à se dissiper. Au pouvoir en place de lever les doutes qui ne font qu’alourdir l’atmosphère...

 

Il en faudrait peu pour que la confiance ne fasse un retour triomphal dans notre société. Chacun a besoin de croire en l’avenir, de balayer les craintes et autres peurs qui l’assaillent. Et comme l’oubli, pour ne pas dire l’amnésie, nous guette tous, la confiance sera pour demain, ou après-demain... 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ambroisine - dans Société
commenter cet article

commentaires