Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 février 2013 6 16 /02 /février /2013 10:40

Bureau international du travail

chômage

L’émoi suscité par le décès d’un chômeur qui s’est immolé devant une agence de Pôle Emploi n’est pas prêt de retomber. D’autres risquent de suivre avec l’envolée du nombre des licenciements, le non-renouvellement des CDD, la fin des missions d’intérim, et tout cela avec au bout de la route, la perte des indemnités…

Avec plus de 3 millions de chômeurs, la France renoue avec le fléau économique qu’est le chômage de masse.

Comme dans une valse macabre, les plans sociaux s’accumulent pour les grandes sociétés et les noms de celles-ci s’égrènent comme les notes d’une partition d’une triste mélodie : PETROPLUS, FLORANGE, PSA, GOODYEAR… Et des petites et moyennes entreprises ferment tous les jours. Et à l’opposé, côté création, c’est la panne sèche…

Alors, chacun s’accroche à son travail avec l’énergie du désespoir. Qui peut jeter la pierre à ces salariés de grands groupes qui font de la résistance face aux menaces qui pèsent sur leurs emplois ? Les économistes prennent un plaisir presque jubilatoire à développer dans les médias les logiques de compétitivité, justifiant ainsi des mesures de réduction du personnel, de délocalisation, tout ce qui conduit au chômage. Même si une entreprise n’a pas d’autre choix que de se séparer d’une partie de son personnel pour ne pas sombrer, tous les discours d’experts sont inaudibles sur le terrain et finissent par pousser certains à la révolte.

Et ne parlons pas de la sacrosainte règle destruction/création ; destruction, on la voit bien tous les jours, mais de création, point…

Et malheureusement, il est difficile pour bon nombre de Français d’échapper à la malédiction du chômage. Que l’on soit jeune sans diplôme, jeune avec diplôme mais sans expérience, ou plus âgé avec cette fois, trop d’expérience et trop de diplômes, tout le monde est logé à la même enseigne… C’est la fastidieuse recherche d’emploi qui conduit certains, fragilisés, à des gestes irréparables comme cette immolation à Nantes…

Car le quotidien d’un chômeur, c’est l’épluchage consciencieux des annonces (quand il y en a !) avec l’envoi de dizaines, voire de centaines de candidatures. Et tout cela pour très peu de réponses du genre « malgré tout l’intérêt de votre parcours professionnel, nous sommes au regret de vous informer…. », de rares entretiens et globalement, beaucoup de déceptions…  Oui, le parcours de beaucoup de chômeurs tiens de l’héroïsme !

Heureusement que tout n’est pas que désolation. Il y a des chômeurs qui trouvent un emploi ; c’est alors le soulagement et la signature de son premier CDI est vécue comme un rêve éveillé ! Le précieux sésame en poche, on peut enfin se lancer dans la vie ; se loger, emprunter… tout en ne perdant pas de vue la fragilité de cette situation… Il n’y plus rien dans ce nouveau monde du travail de définitif, tout peut être remis en question du jour au lendemain…

Et le plus beau de l’histoire, il y aurait des emplois qui ne trouvent pas preneurs ! Le chiffre bien évidemment n’est pas très clair, entre 250 000 et 500 000 postes qui ne seraient pas pourvus ! Beaucoup de ces emplois sont dans le secteur manuel ; on manque de bouchers, de carreleurs, de charpentiers… Du reste, il serait peut-être temps de valoriser tous ces métiers manuels dont on trouvait cela intéressant pour les enfants des autres, mais surtout pas pour les nôtres ! A présent, ce sont des métiers qui recrutent et qui rémunèrent correctement… Et puis il y a le commerce, sauf que pour beaucoup d’annonces, comme les négociateurs immobiliers, ce sont des emplois d’indépendants. Si vous êtes performants, vous avez des primes, sinon, c’est la disette. Intéressant pour les professionnels qui ne prennent presque aucun risque…

La batterie de contrats aidés est mieux que rien, même si par le passé, ils ont créé plus de déception que d’euphorie… Et comme ils représentent un coût pour les finances publiques, on peut espérer qu’ils atteindront leur but et ne seront pas encore une cause de désespoir…

D’autres chômeurs, las d’attendre, vont se lancer dans l’aventure de l’entreprise avec succès ou échec… Il faut une bonne idée, de l’enthousiasme et de l’acharnement, et un banquier qui veuille bien vous suivre…

Et pour tous ceux qui devront se résigner, dans l’attente de la reprise économique, il leur faudra ne pas craquer. Si vivre grâce à des allocations n’est pas un problème pour certains, d’autres, beaucoup d’autres se sentent déclassés et souffrent de l’étiquette d’assistés que l’on tente de plus en plus de leur faire endosser…

Mais, gardons le moral, la courbe du chômage ne doit-elle pas s’inverser avant la fin de l’année 2013 ? 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ambroisine - dans Economie
commenter cet article

commentaires