Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 15:20

dépenses publiques - blogLa dépense publique doit être réduite, cela est devenu un impératif en même temps que nos déficits se creusent.

Quand on évoque cette réduction, on pense immédiatement aux divers gaspillages dont la presse s’est souvent fait le relais ; subventions mal ciblées, comités Théodule, Hadopi, formation professionnelle...

Mais la presse n’est pas la seule à pointer du doigt la mauvaise utilisation de l’argent public. Le député socialiste René Dosière dans L’argent de l’État dénonce des gaspillages et comment y remédier. La Cour des Comptes fait elle aussi des rapports réguliers sur le mauvais usage de l’argent public et le dernier sur l’enseignement est édifiant.  

Certains imaginent même des hordes de fonctionnaires se tournant les pouces dans des bureaux déserts ou arpentant de longs couloirs de bâtiments administratifs comme des âmes en peine... Et c’est vrai que les reportages sur ces sous-préfectures fantômes apportent de l’eau à leur moulin !

Mais la dépense publique c’est aussi et surtout des domaines et des missions dont on voit mal comment en réduire les coûts : sécurité, justice, enseignement, défense, travail, emploi... http://www.economie.gouv.fr/files/projet-loi-finances-2013-plf-chiffres-cles.pdf

Et puis au moindre scandale, dès qu’un événement tragique se produit, on appelle l’État au secours et on réclame toujours plus d’interventions et donc, plus de dépenses.

C’est ainsi pour la sécurité ; à chaque fait divers dramatique, c’est un besoin de protection qui se fait sentir parmi la population qui exige plus de policiers et de gendarmes sur le terrain. Et puis vient une soif de justice plus répressive, donc plus de magistrats, et bien évidemment, plus de places de prison.

En matière de terrorisme, c’est plus de surveillance des lieux publics, des personnes dont on peut penser qu’elles pourraient basculer vers le côté obscur : 15 personnes sont nécessaires pour surveiller une personne. Alors, si on multipliait ce chiffre par des dizaines, voire des centaines d’individus, on ferait exploser le compteur de la dépense publique...

Dans le domaine économique, on voit bien qu’une fraude comme celle du cheval dans les plats cuisinés à la place du bœuf, a révélé une baisse du nombre de contrôleurs et on a tous crié au scandale ! Mais là aussi plus de contrôles, plus de dépenses en fonctionnaires...

D’autres exemples pourraient être exposés et tous iraient dans le même sens : subventions dont les entreprises ont besoin pour se lancer, pour ne pas déposer le bilan, pour investir... Urgences des hôpitaux souvent au bord de l’explosion...   

Ne voir dans la baisse des dépenses publiques que la chasse aux gaspillages, l’optimisation des services - le faire mieux avec moins - quelques réductions ou suppressions de-ci de-là, est une erreur. Certes, tout cela doit être fait et se fera car ce sera le plus facile à justifier. Et on s’en réjouira tous.

Mais cela ne suffira pas !

Cette réduction de la dépense est une obligation, l’Union européenne nous l’impose et aussi notre bon sens ; on ne peut pas dépenser plus que ce que l’on a et le recours à l’emprunt systématique a trouvé ses limites.

Mais penser que cela n’affectera pas la bonne marche de l’État et n’aura pas d’impact sur notre vie quotidienne, est une illusion... 

Partager cet article

Repost 0
Published by magtuttifrutti - dans Economie
commenter cet article

commentaires