Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 avril 2013 6 27 /04 /avril /2013 14:23

drapeau UE déchiréUn divorce à l’européenne aura-t-il lieu, entre d’un côté les pays vertueux du Nord et d’un autre côté les pays dispendieux du Sud ? Avec comme motif de désaccord ou de rupture, les plans d’austérité ?

Les pays du sud dans lesquels des plans d’austérité ont été installés voient la croissance se volatiliser, la colère sociale monter, les partis populistes progresser et le rejet de l’Union européenne grimper en flèche.

L’austérité est nocive pour les économies et les experts semblent pour une fois unanimes sur le sujet. Sauf que pour concilier croissance et désendettement des États, autant chercher la quadrature du cercle ! Mission impossible, semble-t-il.

On peut comprendre aussi que les pays du Nord, dont l’Allemagne en tête de file, qui ont été raisonnables, qui ont su faire des réformes douloureuses, ne soient pas enclins à soulager les pays dont la conduite budgétaire a été loin d’être exemplaire. C’est toujours la même histoire de la cigale et de la fourmi, dont La Fontaine avait si bien décrit les comportements. Et voilà que cette Fable illustre notre comportement et celle de quelques-uns de nos voisins...

Et pourtant, il faudra du temps, beaucoup de temps, pour résorber les lourds déficits accumulés. Peut-être même le même temps qu’il fallu pour les créer ! Certes, des efforts exceptionnels peuvent être entrepris pour accélérer le calendrier mais, tel un couple en surendettement, chacun sait bien que pour rééquilibrer un budget, il faut de la patience et de la volonté.

Alors, oui, cela n’est guère plaisant à entendre par ceux qui se sont imposé des limites de payer pour ceux qui ont joué pendant tant d’années les cigales ! Mais desserrer l’étau est la seule voie possible pour que le divorce entre les pays de la zone euro ne soit pas consommé.

Cet assouplissement des plans de rigueur se fera-t-il avec l’accord des pays concernés ou par les circonstances ? Des circonstances exceptionnelles pourraient amener à édulcorer les mesures de rigueur ; un chômage de plus en plus difficile à endiguer, une récession durable, des révoltes sociales, une attaque plus virulente des marchés...

N’est-ce pas ce que la France attend ?

Pour le moment, notre pays est entre deux eaux ; pas franchement englué dans la récession et loin d’avoir résorbé ses déficits.

Si la pression fiscale est à son maximum, les réformes se font timides, histoire de montrer de la bonne volonté, mais sans plus. On voit bien que l’Etat peine à engager une réforme de son système social et les économies se font à la marge. Certes, il y aura des coups de canif ici ou là, comme les allocations familiales pour les familles aisées. Mais bon, tout cela reste bien timoré par crainte de voir le pays s’engouffrer dans la révolte sociale.

Faut-il parler de manque de courage politique ? Mais ne serait-ce pas plutôt du suicide politique ? A n’en pas douter.... Alors, l’espoir ne résiderait-il pas en une modération des mesures de rigueur, histoire de gagner du temps...

Un temps qui s’avère de toute façon indispensable pour combler un gouffre financier qui s’est creusé en plus de 30 ans ! 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ambroisine - dans Economie
commenter cet article

commentaires