Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 10:42

Je ne pense pas être particulièrement « réac », mais j’avoue que je suis toujours heurtée de croiser une adolescente, visage poupin, maquillée comme une voiture volée, le string sortant du jean ou un tout jeune homme me quémandant une cigarette.

Les ados d’aujourd’hui ne sont plus tout à fait ceux d’hier ; ils sortent en boîte, consomment de l’alcool, ont une sexualité et se prennent pour leurs aînés. Bon encore une fois, ne nous affolons pas et ne généralisons pas, tous les jeunes ne se comportent pas ainsi, mais beaucoup, oui… beaucoup plus qu’avant, c’est une certitude.

Il faut dire que les modèles des pubères ont changé. Les séries où les ados se conduisent comme des trentenaires (vivant seuls, sans la moindre autorité parentale, et allant accessoirement au lycée), les téléréalités, les Miley Cyrus, Rihanna (et cie..) sont à peu près tout ce que l’on présente aux 11-16 ans. Alors forcément, on a parfois un peu l’impression que ces derniers « grandissent trop vite ».

Et les parents dans tout ça ? Ils ont (pour certains) choisi d’élever leurs enfants autrement, en les écoutant, en ne les frustrant pas et en ne les privant de rien. Les parents cherchent plus le rôle de « grand frère-confident », que de « père fouettard ». « Pourquoi est-ce que j’empêcherais mes filles d’aller en boîte, à des soirées, des concerts, puisque moi-même je le fais ? » L’autorité parentale rechercherait-elle une relation d’égal à égal avec sa progéniture, quand celle-ci passe le cap des 12 ans ? Certains parents baissent carrément les bras. Ils doivent travailler, dans la plupart des cas tous les deux, ne voient pas beaucoup leurs enfants (entre boulot, familles divorcées, recomposées…) alors ce n’est pas pour utiliser ce précieux temps à jouer le gendarme. Et puis, internet et la télévision sont un peu devenus, il faut quand même l’avouer, des palliatifs à l’absence des parents. Avec des contenus qui n’ont pas toujours un rôle éducatif avéré.

Très franchement, à la décharge de ces ados, on sait bien que la période qu’ils vivent n’est pas toujours facile. Corps qui change, hormones, acné, appareil dentaire, autant d’éléments qui font qu’on ne se sent pas bien dans sa peau et rares sont ceux qui traversent l’adolescence comme un fleuve tranquille, sans remous. Du coup, c’est vrai, on a tendance à vouloir occulter cette période et à passer directement de la case « enfance » à celle « adulte ». Et pourtant, sauter une étape essentielle de la vie n’est pas judicieux.

 

Paradoxalement, face à des teenagers précoces, les jeunes adultes ne sont jamais restés aussi longtemps sous le toit parental. Des études de plus en plus longues, un premier job qui tarde à se trouver, la nouvelle génération a déclaré ne pas se sentir complètement adulte avant l’âge de… 29 ans (coïncidant souvent avec celui de la naissance du premier enfant). Comme quoi rien ne sert de courir… 

Partager cet article

Repost 0
Published by LanA - dans Société
commenter cet article

commentaires