Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 08:11
Société et tolérance : l'effet du balancier !

Les dernières années, où la tolérance semble de plus en plus mise à mal, n'assistons-nous pas au coeur de notre société à l'effet du balancier ?  Aucun domaine n'est épargné par ce retournement. 

Qu'il s'agisse de politique, de délinquance, d'immigration, de laïcité ou de construction européenne (...), on glisse lentement mais sûrement vers une radicalité que l'on pourrait qualifier d'inquiétante.

Ceci étant dit, il ne s'agit pas ici de juger, mais de constater ce basculement. 

77% des Français ont été choqués par l'escapade à Berlin de Manuel Valls en Falcon pour assister à la finale de la Ligue des Champions.  Un petit moment de détente payé sur le dos des contribuables, voilà ce que les citoyens ont compris ! Pourtant, on leur a bien expliqué que pour des raisons de sécurité le Premier Ministre ne pouvait pas voyager sur une ligne ordinaire, qu'il s'agissait d'un avion militaire et qu'il n'y avait en fait que le coût du kérosène.... Enfin, toutes les justifications et autres contorsions n'ont pas suffi ! Ce fut une vive émotion résumée par le chanteur Francis Lalanne sur le plateau de l'émission - On n'est pas couché - du samedi 13 juin dernier : "les déplacements privés ne doivent pas se faire avec l'argent du contribuable..." 

Oui, ce qui pouvait passer il y a quelques années encore reste en travers de la gorge des riches comme des pauvres ! Les uns ont de plus en plus l'impression qu'ils paient beaucoup trop d'impôts pour entretenir une caste et les seconds pensent que cet argent jeté par les fenêtres serait utilisé à de meilleures fins, remplir le réfrigérateur par exemple... 

Alors, on siffle la fin de la récréation et au final, plus de droit à l'erreur ; les scandales des dernières années, les divers rapports de la Cour des comptes pointant du doigt les dérapages divers et variés, les enquêtes journalistiques sur les fastes de la République ont fait déborder le vase de la tolérance. Comme l'indiquait l'un des intervenants de l'émission d'Yves Calvi "C dans l'Air" nous nous orientons de plus en plus vers les pays scandinaves, plus respectueux des deniers publics... 

Et cette tolérance qui disparait peu à peu se retrouve sur le sujet brûlant de l'immigration. Selon un sondage ODOXA pour ITELE du 12 juin dernier, 70 % des Français n'ont pas été choqués par les évacuations de migrants des dernières semaines.  Le pays des droits de l'Homme semble bien être au bord de la crise de nerfs par l'arrivée massive de centaines d'hommes et de femmes venus de divers territoires. Pourtant la France a accueilli par le passé beaucoup d'immigrés, elle était fière d'être une terre d'Asile. Mais il semblerait bien qu'en dépit des discours, du reste de plus en plus tièdes, on sent bien que faute d'adhésion populaire, les migrants ne soient plus les bienvenus sur le territoire français. 

Fin de la tolérance également en matière religieuse où l'islam en tête doit faire profil bas. Malgré la déclaration du Premier Ministre "L'islam est en France pour y rester", on voit bien les difficultés de plus en plus grandes pour rendre harmonieuse la cohabitation. Les constructions de mosquées sont devenues un vrai casse-tête, les citoyens ont des poussées d'urticaire à chaque question sur le voile (les mères voilées qui accompagnent les élèves... ) ou de toute autre revendication. La laïcité sera bientôt une religion à elle seule... 

Mais on pourrait poursuivre cette énumération tant en matière de délinquance où la soif de justice se fait de plus en plus vive, une Union européenne de plus en plus vomie... 

A-t-on trop tiré sur la corde ? A force de réclamer de la tolérance pour les uns ou pour les autres, parfois de manière trop systématique et violente (traiter de racistes un peu trop vite ceux qui subissaient les difficultés du vivre ensemble, édulcorer les incartades des politiques et autres dérapages....), on a fini par produire l'inverse du but recherché. On a fini par radicaliser le plus grand nombre qui ne supporte plus rien. C'est grave et on ne sait pas où cela pourrait bien conduire... 

A présent, reste à restaurer cette tolérance douce et utile, mais sans aveuglement... 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ambroisine - dans Société
commenter cet article

commentaires

Willow 17/06/2015 20:53

Autres temps, autres mœurs. Dans un passé pas si lointain, notre société jugeait bon d’admettre certaines valeurs : la parcimonie, l’effort, le travail, l’ordre etc… L’exemple du général De Gaulle faisant poser un compteur électrique dans son appartement privé de l’Elysée pour en régler personnellement la facture, en dit long sur l’époque et sur nos dirigeants. Les temps ont changé et avec eux les mœurs. De nos jours le sociétal a pris le pas sur le social, l’individualisme sur la solidarité, le cosmopolitisme sur le patriotisme.
Nous récoltons aujourd’hui les fruits de cette dérive. En abandonnant l’idée que le groupe primait sur l’individu, nous avons perdu tout notre bon sens. On n’œuvre plus pour le bien de tous, mais pour l’individu auto-proclamé. C’est le règne du « je ». On dérèglemente à tout va, on monte les uns contre les autres, on s’invente des combats imaginaires tout cela pour ne jamais répondre aux questions que l’on se pose : Sur l’emploi, l’immigration, la santé, la famille, l’éducation, l’ordre et la justice.
Réduite à ne rien résoudre, la politique fait naître des rancœurs, de l’intolérance. D’autant plus que les donneurs de leçons se font légion. Les passe-droits sont de moins en moins tolérés. Pour conclure, je dirais que tout cela est voulu et que certains s’en accommodent très bien. Le tout est d’être du bon côté de la barrière. ;O)

magtuttifrutti 17/06/2015 23:37

Merci pour votre pertinence