Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juin 2015 7 14 /06 /juin /2015 18:13
Captures d'écranCaptures d'écran

Captures d'écran

Si l'affiche de l'élection présidentielle de 2017 devait se confirmer, un duel François Hollande/ Nicolas Sarkozy, on pourrait dire alors que le personnel politique n'a rien compris aux aspirations des citoyens et à leur envie de
renouvellement ! 

Pourtant, les sondages qui se succèdent ne vont pas dans ce sens, comme si les citoyens voulaient échapper à ce schéma qu'on leur propose comme inéluctable...

Un sondage Opinon Way du 05 juin 2015 pour Le Figaro et LCI, 76 % de sympathisants socialistes souhaitent que, même en cas de nouvelle candidature de François Hollande, le PS organise une primaire. On imagine déjà d'ici l'ambiance si la primaire n'avait pas lieu ! On ne peut préjuger de l'avenir, mais il semblerait bien que cette primaire ne voit jamais le jour... 

Mais l'ancien Président de la République, Nicolas Sarkozy, ne parait pas en meilleure posture. Selon un dernier sondage IFOP pour le Journal du Dimanche, le 14 juin 2015, Alain Juppé (42 %) est la personnalité souhaitée devant Nicolas Sarkozy (33 %) comme candidat des Républicains à l'élection présidentielle de 2017. Certes, il y a un mois, avant le congrès fondateur, c'était l'inverse. Mais, aussi talentueux que soit Alain Juppé, "le meilleur d'entre nous" comme l'avait surnommé Jacques Chirac, tout cela ne va pas dans un mouvement de grand renouvellement. 

Comment peut-on imaginer que les deux hommes, l'ancien et l'actuel Chef de l'Etat, puissent prétendre à un nouveau mandat ? L'un s'est fait battre en 2012, rejeté par une bonne partie des électeurs et le deuxième est loin d'emporter l'adhésion. Il a énormément déçu, même dans son propre camp. Il est encore trop tôt pour déclarer que le mandat est un échec complet, mais on sent déjà que l'opinion générale n'est pas ou plus en sa faveur.

cf cote de confiance

Politique : du neuf avec du vieux ? !!!

En revanche, il y a une véritable aspiration au changement, à un renouvellement générationnel.

Au-delà des idées qui sont le fruit d'un travail collectif, des têtes nouvelles pourraient bien faire la différence. Il parait inconcevable qu'il n'y ait pas dans les partis, de droite comme de gauche, des femmes et des hommes "neufs", intelligents, pleins de bon sens qui redonneraient aux citoyens l'envie de politique. Et pourquoi pas l'émergence d'une personnalité issue des "minorités visibles", un Obama à la française, un homme ou une femme qui réunirait sur le vivre ensemble. On peut rêver... 

Parce que chacun s'accrochant à son siège, nous ne sommes pas prêts de voir éclore de nouveaux talents. Ou alors au compte-gouttes... pour ne pas dire au "compte gouttelettes" !

Il est quand même malheureux que ce soit un parti tant décrié comme le Front National qui propulse sur le devant de la scène autant de jeunes ! Evidemment, d'aucuns diront qu'ils n'ont pas trop le choix et qu'ils n'ont pas suffisamment de personnes expérimentées dans leurs rangs. Il n'empêche, le symbole est là et absent ailleurs... 

Quand on voit ce que produisent des personnels soit-disants expérimentés et qui ne parviennent pas à nous sortir de la crise. Que risquons-nous à laisser la place à de plus jeunes ? Pire situation ? On peut se demander... 

Néanmoins, si l'offre politique reste aussi pauvre qu'elle semble l'être aujourd'hui, nous ne sommes pas prêts de voir l'abstention baisser ! 

Un retour vers les urnes se fera au prix d'un renouvellement profond de cette classe politique qui est usée et qui s'use vite et de plus en plus vite...  

Partager cet article

Repost 0
Published by Ambroisine - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Willow 15/06/2015 18:05

Les français ont malheureusement la mémoire courte. Les sondages, bien qu’on leur fasse dire ce que l’on veut, sont là pour le prouver. Au fond les hommes importent peu, c’est la politique appliquée qui doit primer. Nous savons qu’aucun des noms cités n’a l’intention d’en changer. Ils devraient donc tout naturellement être écartés d’office pour avoir lamentablement échoué malgré toutes leurs certitudes. Je suis étonné que vous citiez Obama comme exemple du « vivre ensemble ». Hollande et Sarkozy en s’alignant sur sa politique, n’ont fait qu’apporter le chaos. Qu’a donc fait Obama qui puisse rendre fier le peuple américain et nous donner l’envie de posséder un tel président ? Honnêtement je ne vois pas. L’homme providentiel, s’il existe, devra avoir bien du courage parce que l’on sait ce qu’il advient des hommes et des femmes qui se dressent contre la toute-puissance de l’argent. Il est tellement plus facile de vivre du système et de se lamenter sur la misère du monde. Le changement ne viendra probablement pas des urnes. La confiance n’est plus de mise.

magtuttifrutti 15/06/2015 21:06

Merci pour votre commentaire qui est très intéressant.
Oui Obama a déçu mais je voulais simplement en voir le symbole de la diversité et il n'a pas tout raté (obamacare)

Willow 15/06/2015 17:54

Les français ont malheureusement la mémoire courte. Les sondages, bien qu’on leur fasse dire ce que l’on veut, sont là pour le prouver. Au fond les hommes importent peu, c’est la politique appliquée qui doit primer. Nous savons qu’aucun des noms cités n’a l’intention d’en changer. Ils devraient donc tout naturellement être écartés d’office pour avoir lamentablement échoué malgré toutes leurs certitudes. Je suis étonné que vous citiez Obama comme exemple du « vivre ensemble ». Hollande et Sarkozy en s’alignant sur sa politique, n’ont fait qu’apporter le chaos. Qu’a donc fait Obama qui puisse rendre fier le peuple américain et nous donner l’envie de posséder un tel président ? Honnêtement je ne vois pas. L’homme providentiel, s’il existe, devra avoir bien du courage parce que l’on sait ce qu’il advient des hommes et des femmes qui se dressent contre la toute-puissance de l’argent. Il est tellement plus facile de vivre du système et de se lamenter sur la misère du monde. Le changement ne viendra probablement pas des urnes. La confiance n’est plus de mise.