Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2015 7 01 /03 /mars /2015 12:12
Vivre ensemble : un peu, beaucoup... ou pas du tout ?

On parle de plus en plus des difficultés du "vivre ensemble" comme si la formule était magique, que cela allait de soi ! Comme si les individus pouvaient s'entendre sans faire d'efforts, sans faire de concessions, et le plus important sans le vouloir réellement ! 

Il n'y a qu'à examiner dans des cercles plus restreints - la famille - combien les relations sont complexes, faites de grands bonheurs, de petites brouilles et de grandes déchirures. Qui peut dire que dans sa famille, tout le monde s'entend dans une parfaite harmonie? Qui n'a pas connu des familles divisées, éclatées, explosées ? Parfois pour des faits graves et le plus souvent, pour des peccadilles ! 

Alors, comment peut-on imaginer que l'on peut brasser des peuples, faire coexister différentes religions, mélanger les cultures sans crisper les uns, sans donner l'envie à certains de prendre le pas sur les autres ou à d'autres encore de tout faire voler en éclat... Bref, tout ce qui se passe à une échelle moindre ; dans une entreprise, entre voisins.... 

OUi, le vivre ensemble est plus un défi à relever, une consécration après beaucoup d'efforts qu'un concept qui s'imposerait naturellement. Il ne faut ni être dans le déni des réalités parfois violentes, ni dans le pessimisme le plus délétère. Toute la difficulté est là. Penser que l'immigration n'engendre aucun problème, que les arrivants vont se fondre dans la population, qu'ils y seront acceptés sans souci, qu'ils ne subiront aucune discrimination est aussi ridicule que de croire que l'immigration est la cause de tous les maux d'un peuple ! 

Et le parxysme est atteint quand les Français de générations "plus récentes" ne se sentent pas reconnus comme des Français à part entière. Combien souffrent de s'entendre toujours ramener aux origines de leurs parents, quand ce ne sont pas celles de leurs grands-parents ? Beaucoup ne se sentent pas acceptés par leurs concitoyens comme les a qualifiés jusqu'au Président "les Français de souche". Là dessus, le Président ne faisait que relayer ce qui parcourt une bonne partie de la société française qui ne veut pas voir que la population a changé. C'est un constat, il faut faire avec, sinon on court à la guerre civile ! 

Le témoignage d'un jeune collégien qui faisait part des ses craintes à la mère du militaire abattu par Mohammed Merah, Latifa Ibn Ziaten et édifiant ; "je suis un Koulibaly, déjà que c'est difficile d'être noir" ! Oui, les discriminations existent, on ne peut pas les nier... 

Après, la fraternité ne s'impose pas, c'est peut-être là la plus grande des difficultés ! On peut réprimer les actes racistes et les actes antisémites... mais faire que les personnes acceptent leurs différences, s'apprécient, c'est tout autre chose ! Parce que les petites discriminations du quotidien, les refus d'embauche parce qu'un candidat est noir ou un refus de location parce qu'untel a un nom à consonance maghrébine ou les "sales arabes" ou autres qualificatifs, font mal aux victimes et détruisent le fameux vivre ensemble.  

Il ne faut pas négliger ou balayer d'un revers de la main les crispations, les entorses impunies à la laîcité, tout ce qui ne fonctionne pas ou plus comme l'ascenseur social qui est en panne, les incivilités, la délinquance qui explose, la pauvreté qui s'enkyste. Voilà tout ce qui pourrait faire vaciller une société en mal d'être, ou en mal d'identité comme d'aucuns la qualifient. 

Mais il ne faut pas non plus tout confondre, faire des confusions, des raccourcis, tout ce qui est une voie facile. Tel le désoeuvrement d'une partie de la jeunesse qui trouve refuge dans un mirage religieux plutôt que dans le suicide ou dans la drogue... Oui la jeunesse n'est pas une période facile, elle se cherche sans parfois se trouver, et au détour d'un chemin, c'est la rencontre qui boulerverse sa vie et du coup, celle des autres. Malheureusement, parfois pour le pire... 

Non, il ne faut pas rêver ; vivre ensemble est une course d'obtacles. Elle l'a toujours été et le sera toujours... 

Il faut de la part de tous des efforts, une envie d'avancer ensemble, et surtout empêcher la haine de s'installer Car malheureusement, on pourrait bien en être à ce stade aujourd'hui, une haine de l'autre qui empoisonne les relations et qui pourrait bien un jour éclater... 

Rien n'est irréversible et à chacun d'agir et les responsables politiques en premier, pour que notre société ne se désintègre pas... 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ambroisine - dans Société
commenter cet article

commentaires