Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 novembre 2014 1 17 /11 /novembre /2014 08:20
Capture d'écran BFM

Capture d'écran BFM

Ils auraient pu s'appeler les étranglés de la fiscalité, les dindons de la farce fiscale, mais ils ont choisi les Pendus, un mouvement de commerçants et d'artisans qui s'insurge contre le RSI, le régime social des indépendants.

http://www.chefdentreprise.com/Thematique/entrepreneuriat-1024/pme-pmi-10111/Breves/Les-Pendus-artisans-commer-ants-contre-RSI-regime-social-independants-247145.htm

Il est certain que ce régime n'est guère performant, : des cotisations lourdes pour des prestations moindres ! Alors, il est évident qu'à force de payer et de ne recevoir en retour qu'une misère, il ne faut pas s'étonner que les "cotisants" finissent par se révolter ! 

Et puis, les commerçants et les artisans souffrent de la baisse générale du pouvoir d'achat, leurs revenus ne sont plus ceux qu'ont dû connaitre les anciennes générations. Les charges, quant à elles, n'ont fait qu'augmenter. Certes, il y a des situations variées et si certains tirent le diable par la queue, d'autres sont beaucoup mieux lotis. Et ne parlons pas de la revente d'un fonds de commerce qui ne semble plus aussi facile qu'il y a plusieurs décennies. 

Nous avons déjà assisté à d'autres mouvements de ce genre - les poussins, les pigeons mais lement les bonnets rouges avec ce point de plus en plus commun de rejeter le contrat social.

Il y a une vraie interrogation dans notre société sur l'utilité des impôts et des cotisations sociales, d'autant que ces derniers ne cessent de s'alourdir sans pour autant ni faire baisser la dette publique ni améliorer le sort des citoyens...

Payer, toujours payer, ne faire que payer, cette rengaine commence à connaitre ses limites dont les autorités pourraient prêter bien plus d'attention. Si les dirigeants parlent de ras-le-bol fiscal, prennent-ils vraiment la mesure d'une colère sourde qui monte parmi la population ?

Jusqu'à présent, ces "mouvements" sont restés à la marge, rien ne semble les fédérer.

Mais le ressentiment des uns et des autres pourrait bien finir par se coaguler, une révolte de grande ampleur de tous les ras-le-bol conjugués ! 

Parce que d'une colère à l'autre, celle de ceux qui se sentent pressurés comme des citrons à celle de ceux qui ne font que survivre, les deux bouts de la chaîne pourraient bien se rejoindre un jour. Parce que ceux à qui on peut encore prendre et ceux à qui on ne peut plus rien demander ou encore, ceux qui ont tout perdu, leur travail et leur dignité, la détresse finit par être la même...,

Et s'il ne fallait plus qu'une étincelle ? 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ambroisine - dans Economie
commenter cet article

commentaires

vache à lait 19/11/2014 21:58

Je ne pensais pas qu'à 60 ans; j'allais monter sur les barricades !
Foutre le R.S.I en l'air et arrêter de gaver la fonction publique avec notre sueur.