Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mai 2014 3 28 /05 /mai /2014 14:35
capture d'écran BFM TV

capture d'écran BFM TV

Le Premier Ministre, Manuel Valls, avait qualifié de langue morte, la langue de la République lors de son discours de politique générale devant l’Assemblée nationale le 08 avril dernier : "J'ai vu ces visages fermés, ces gorges nouées, ces lèvres serrées. Disons les choses simplement : beaucoup de nos compatriotes n'y croient plus. Et ils ne nous entendent plus. La langue publique est devenue pour eux une langue morte "

Et il semblerait bien que cette parole publique soit de plus en plus inaudible. C’est cette impression que beaucoup d’entre nous ont eu en écoutant la courte allocation du Président de la République le lendemain des résultats des élections européennes. Certains ont dit qu’il avait parlé pour ne rien dire, d’autres qu’il n’avait pas pris la mesure de la débâcle…

Combien sont ceux qui ont accordé du crédit aux paroles du Chef de l’Etat : « … demain, pas plus tard que demain, au Conseil européen, je réaffirmerai que la priorité c’est la croissance, c’est l’emploi, c’est l’investissement… ». Qui ne s’est pas dit qu’une fois de plus, il s’agissait de paroles en l’air qui resteraient lettres mortes ?

Quand le Premier Ministre annonce des réductions d’impôts, combien sont ceux qui pensent que cela ne se fera pas, qu’il s’agit de calmer les esprits, d’apaiser la colère qui monte ? Et même pour cette réforme territoriale nécessaire et courageuse, combien sont ceux à ne pas voir un énième abandon face aux blocages qui ne manqueront pas de se produire ?

La langue publique est morte parce que nos dirigeants l’ont tuée à force de promesses non tenues, de mensonges…

Mais la langue politique n’est plus seulement morte, elle est devenue exaspérante. C’est ainsi que l’on pourrait traduire le sentiment de beaucoup face à l’intervention de Jean-François Copé quand il lance : «…mais moi,  je veux leur dire les yeux dans les yeux que mon intégrité et mon honnêteté est totale, totale… »

Cela ne vous rappelle rien ? Les yeux dans les yeux ?

Oui, même si les faits ne sont pas avérés et que bien entendu, cet homme politique bénéficie de la présomption d’innocence, comment ne pas douter ? C’est de l’ordre « on nous l’a trop fait ! ». A présent, seule la Justice sera en mesure de lever les doutes ou pas…

Le Président du MoDem et maire de Pau, François Bayrou s’alarmait de la situation ce matin sur le plateau de l’émission BOURDIN DIRECT : « le système politique français ne peut pas supporter pendant 3 ans d’avoir aux responsabilités des hommes et des mouvements politiques qui n’ont plus aucune confiance de la part du peuple… ».

Oui, il n’est que temps pour les dirigeants et les hommes politiques de jeter les nouvelles bases d’un langage sincère, non viciée, non hypocrite avec absence de cynisme. Cela sera difficile vu les mauvaises habitudes des uns et des autres mais c’est la seule issue…  

Partager cet article

Repost 0
Published by Ambroisine - dans Politique
commenter cet article

commentaires