Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 avril 2014 7 13 /04 /avril /2014 11:28
Capture d'écran BFM

Capture d'écran BFM

Selon un sondage IFOP pour le JDD, publié le 13 avril, la cote de confiance s’élève à 18 % pour le Président de la République et à 58 % pour celle du Premier Ministre, soit un écart de 40 points entre les deux hommes…

Déjà, cet écart n’est guère étonnant, vu les nombreux sondages réalisés depuis l’installation du Chef de l’Etat à l’Elysée. La cote de confiance du Président n’a fait que sombrer dans un ravin sans fond avec en apothéose, la raclée aux élections municipales.

A l’inverse, le tout nouveau Premier Ministre, Manuel Valls, a toujours eu, malgré une petite baisse de régime au moment de l’affaire Dieudonné, une popularité au beau fixe.

Maintenant, reste à se demander quel va être l’avenir de ces deux hommes en matière de popularité ? L’écart va-t-il continuer à se creuser ? Les courbes vont-elles se rejoindre, mais dans quel sens ? Ou pourquoi pas, s’inverser ?

Le scénario qui semble le plus improbable serait que cet écart, déjà énorme, continue à se creuser. On imagine mal le Premier Ministre grimper encore dans les sondages alors qu’il sera vite confronté à l’épreuve du feu économique et social. Et le Président ne risque plus grand-chose à un niveau aussi bas ; perdre 1 ou 2 points, quelle différence cela fera-t-il ? Ne disait-on pas à une certaine époque qu’en dessous de 30% d’opinions favorables, il était impossible de gouverner ? En pratique, jusqu’à présent, on voit qu’il n’en est rien !

Et si les courbes se rejoignaient ? Après, cela peut être autant à la hausse qu’à la baisse !

Si une embellie économique se produisait dans les mois prochains, peut-être assisterions-nous, à un regain de popularité des deux hommes. Si la croissance revenait, si la courbe du chômage s’inversait enfin, et si les réformes promises étaient en voie d’exécution, on peut parier que la confiance qui fait aujourd’hui défection, reviendrait redorer le blason d’un Chef de l’Etat affaibli.

En revanche, si la situation continuait à se dégrader, si les autorités de Bruxelles tapaient du poing sur la table et si les marchés financiers se défoulaient sur notre pays, qu’en serait-il ? Il est fort probable que la cote de popularité du Premier Ministre plongerait vers celle du Président ! Tous deux seraient alors dans le même bateau des désillusions ! Le Président serait alors contraint de demander la démission du gouvernement pour ne pas couler dans des eaux encore plus profondes, sans espoir de survie…

Et si les courbes s’inversaient ?

Le scénario, s’il est pour le moment impensable, n’est pas à rejeter. Manuel Valls est un homme de combat qui ne va pas hésiter à se mettre en danger et à prendre des coups, il pourrait bien s'enfoncer à son tour dans l’impopularité !

Les réformes que le Premier Ministre a annoncées, même si les citoyens semblent vouloir les suivre, vont faire plus de perdants que de gagnants ! On sait bien qu'une fois dans le dur des réformes, l’opinion publique ne va pas manquer de se retourner contre celui qu’elle aura porté aux nues quelques mois auparavant. Il en est ainsi des humeurs et celles-ci se traduisent dans les sondages et dans les urnes.

Si le Premier Ministre  joue bien son rôle de fusible, comme cela a été souvent le cas, il pourrait bien exploser en plein vol ! Le rejet de Manuel Valls pourrait redonner des couleurs au Président, prenant une hauteur qui pour l’instant lui fait défaut…

Finalement, on peut se demander si dans cette course à la popularité, n’est-ce pas Manuel Valls qui prend tous les risques ? 

Partager cet article

Repost 0
Published by Ambroisine - dans Politique
commenter cet article

commentaires