Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 avril 2014 3 09 /04 /avril /2014 11:04
Capture d'écran LCP

Capture d'écran LCP

Le gouvernement de combat a connu hier sa première bataille, celle du discours de politique générale du Premier Ministre, Manuel Valls, à l’Assemblée nationale.

Cette première confrontation a été gagnée puisque la confiance a été votée par 306 députés contre 239. Même si l’inverse était peu envisageable, chacun risquant de perdre son siège en cas de dissolution, la majorité aurait pu être plus courte et elle était annoncée comme telle. Peut-être un peu de mise en scène dans tout cela, certains voulant faire savoir qu’ils existaient, qu’il fallait compter avec eux…  

Il faut reconnaître que sur la forme, le discours était à la hauteur de bon nombre d’attentes. Il y avait le ton juste, la sanction des élections municipales avouée, la défiance des électeurs reconnue et entendue. On ne peut pas non plus nier la détermination, la passion et la fin incandescente du discours. Et le combat à la tribune a été âpre, entre un chahut en début d’allocution de la part de l’opposition et une certaine réserve de la majorité présidentielle…

Après, il y a le fond du discours et tout ce qui a été annoncé et tout ce qui ne l’a pas été mais dont on a senti le poids. Il ne fallait pas « gâcher la fête » par des annonces trop précises en matière d’économies sur la dépense publique…

Et les combats à mener !

Le combat de la crise économique est certainement l’un des plus difficiles. Là, on n’est plus dans la caisse à outils, on est dans l’artillerie lourde ! Fini l’outillage du petit bricoleur, ce sont les chars de la compétitivité qui devront être déployés, avec baisse des cotisations sociales… Mais aussi, la bataille contre le chômage devra être  poursuivie avec plus de vigueur car pour le moment, même s’il y a un ralentissement de l’augmentation de la courbe !, la guerre est loin d’être gagnée…

Le combat de la dette publique sera aussi le combat de la douleur ! Parce qu’au-delà des réformes administratives qui seront plus une lutte de pouvoirs, chacun de vouloir préserver ses intérêts, les réformes du système social, même si elles sont nécessaires (ne dit-on pas que la France vit au-dessus de ses moyens ?) feront des victimes. A cette heure, c’est encore le flou sur ce qui sera raboté, sabré, taillé à la hache, voire dynamité… Malgré un souci de justice sociale affiché, on n’y coupera pas ; des économies doivent être faites et ce ne sont pas les gaspillages relevés ici ou là qui suffiront à réduire les déficits toujours plus croissants…

Le combat de la commission de Bruxelles et des marchés financiers sera tout, sauf sanglant. Là, on est dans la diplomatie pure ! Pas de coup de poing sur la table, ni de coup de boule aux dirigeants européens pour quémander un nouveau délai pour la réduction de nos déficits. Oui, ce sera un jeu tout en subtilité pour ne pas passer pour les bonnets d’âne de la zone euro et conserver de la crédibilité…

Le combat contre le temps ! Oui toutes les mesures envisagées et dont les échéances sont échelonnées dans le temps  - 2015 (baisse des cotisations sociales), 2017 (suppression de la moitié des régions), 2020 (baisse à 28% de l’impôt sur les sociétés) et 2021 (suppression des conseils généraux) répondent-elles à l’urgence dont le Premier Ministre a qualifié l’état de notre pays ? Déjà deux années presque blanches et là, on repart pour des délais de moyen voire de long terme. Le monde change à toute vitesse, et nous, tel un lourd navire, on avance lentement dans des eaux de plus en plus troubles…

Même les questions de société qui seront traitées (fin de vie, famille…) ne seront pas des parcours de santé. Quand on a vu ce qu’a été le Mariage pour les couples de même sexe, on peut imaginer que tout thème abordé ne sera pas sans susciter des crispations ! C’est ainsi, la société est fragilisée par le crise et tout débat finit en pugilat !

Oui que de combats à mener pour un gouvernement ! Et les résultats sont attendus avec fébrilité…  

Partager cet article

Repost 0
Published by Ambroisine - dans Politique
commenter cet article

commentaires